mardi 19 septembre 2017 14:30:52

Modernisation des collectivités locales : chantier stratégique

A bien s’imprégner des engagements inscrits dans le Plan d’action du gouvernement, en rapport avec la bonne gouvernance territoriale et administrative, nul doute, qu’en la matière, la feuille de route de l’Exécutif saura être à la hauteur des aspirations des citoyens.

PUBLIE LE : 11-09-2017 | 0:00
D.R

A bien s’imprégner des engagements inscrits dans le Plan d’action  du gouvernement, en rapport avec la bonne gouvernance territoriale et administrative, nul doute, qu’en la  matière, la feuille de route de l’Exécutif  saura être à la hauteur des aspirations  des citoyens.

Celles-ci s’articulent essentiellement en termes d’émancipation des lourdeurs  bureaucratiques, de lutte efficace contre toute forme de passe de droit, de  trafic d’influence à l’origine des disparités sociales qu’il y a lieu de combattre sans répit pour restaurer la confiance de la collectivité avec les institutions de la République. Ces fléaux constituent des réalités  amères,   maintes fois dénoncées par le  simple citoyen par voie de presse où simplement sur la place  publique, à propos desquelles le Premier  ministre,  Ahmed  Ouyahia, en fin  connaisseur de sa société, ne saisit que trop bien les doléances exprimées en ce sens. Raison  pour laquelle le Plan d’action, approuvé la semaine passée  en réunion du Conseil des ministres, apporte dans son contenu une réponse consistante soulignant l’urgence d’une  modernisation de l’administration publique et d’une amélioration certaine de la gouvernance  locale. Les principes de transparence, de démocratie participative, de l’équité dans la mise à profit des ressources des collectivités locales sont les mots-clés de la stratégie tracée par le gouvernement pour faire face à un manque à gagner, en termes de pertinence, à faire valoir dans la gestion des collectivités locales.
Ce manque à gagner ayant hélas impacté négativement  sur la contribution des collectivités locales à l’essor du pays et au bien-être du citoyen, une contribution, jusque-là considérée bien en deçà des attentes, ne  pourra et ne devra, assurément perdurer dans le temps. Pour cause, le  nouveau code communal et de wilaya ainsi que le Code de fiscalité, l’un comme l’autre évoqué dans le Plan d’action du gouvernement, s’annoncent très  prometteurs dans leur volet  lié à la résolutions des carences ayant freiné jusque-là les développements des collectivités locales et retarder ce recours, tant attendu, à une exploitation efficiente des ressources et du potentiel dont elles disposent. Dans le chapitre lié à la modernisation de la gouvernance territoriale et administrative, le Plan d’action  du gouvernement souligne de prime abord la nécessaire consolidation de la stratégie de décentralisation à vulgariser «dans tous les domaines d’exercice de la puissance publique, y compris dans le champ économique». Le renforcement des pouvoirs locaux, la clarification de leurs compétences, ainsi que la promotion  de l’intercommunalité figurent en outre en bonne place dans le Plan d’action du gouvernement. Celui-ci s’attellera en outre à promouvoir le rôle économique des  collectivités locales par le biais de la mise en place d’instruments et de mécanismes appropriés devant faire valoir l’attrait à l’investissement au niveau de leur territoire.

Consolidation des pouvoirs locaux et gestion rénovée de la wilaya d’Alger   

Dans la même optique, l’optimisation de la fiscalité locale constitue cet axe important, voire primordial à même de relever le seuil de développement de nos collectivités, et ce suivant une logique de valorisation des ressources et l’amélioration du recouvrement des impôts et taxes.
En outre, et dans le  but de  parvenir à une moderniser la gestion budgétaire et financières des collectivités locales, le Plan d’action du gouvernement prévoit d’accompagner ces institutions d’un processus d’encadrement et formation continue de leur personnel et des élus locaux, en sus  du  développement du  processus de gestion électronique de la commune. S’agissant du renforcement de la démocratie participative, le  gouvernement  s’emploiera,  à  travers la mise en œuvre de son Plan d’action, à la mise en place «d’un cadre et de conditions favorables à un dialogue et un échange constant entre les collectivités territoriales, les citoyens, les associations, les entreprises, et autres acteurs locaux, pour une bonne prise en charge des besoins locaux». Le renforcement des capacités et des moyens des wilayas déléguées dans le sud du pays figure par ailleurs parmi les missions du gouvernement inscrites dans son Plan d’action, et ce   en prévision de leur passage au statut de wilaya de plein exercice. Idem pour ce qui est  de l’encadrement de certaines importantes daïras actuelles dans les Hauts Plateaux, où il  est question  d’améliorer leurs prestations de service public, en prévision  de  révision de leur  statut devant leur permettre de se   hisser au rang de futures wilayas déléguées.
Le  Plan  d’action du gouvernement a spécifié en outre dans son contenu le recours à un mode de gestion «rénové» de la wilaya d’Alger à même de lui  permettre  de répondre aux exigences de capitale du pays, ainsi qu’aux besoin de l’importante population  qu’elle abrite.  D’autre part, le même  document  évoque également «l’accélération de la mise en place et de la circulation des titres et documents administratifs modernisés, (carte nationale d’identité et passeports biométriques), y compris au niveau des postes diplomatiques et consulaires à l’étranger, ainsi que l’introduction plus forte de la carte d’immatriculation électronique d’automobile et du permis de conduire biométrique électronique».
  Karim Aoudia

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions