mardi 19 septembre 2017 14:23:19

Nouvelles de Béchar, exploitations agricoles : l’électricité arrive enfin

Aquaculture : Une production de 320 tonnes attendue

PUBLIE LE : 10-09-2017 | 0:00
D.R

Plusieurs exploitations agricoles, situées sur une vingtaine de kilomètres, entre les communes de Béchar et Kénadsa, vont incessamment bénéficier du courant électrique, après une attente qui aura duré plus d’une quinzaine d’années et maintes réclamations de leurs propriétaires.

Une quarantaine de ces exploitations figurent sur le contrat que vient de signer la direction des services agricoles de Béchar et la Sonelgaz, pour une valeur de 24 millions de dinars.
Ce projet viendra ainsi mettre fin aux multiples soucis des agriculteurs, au même titre d’ailleurs que ceux de quatre autres périmètres agricoles, situés entre Taghit et Béchar, plus particulièrement au niveau de la retenue collinaire d’El Aouina et dont le projet d’électrification s’élèvera à 100 millions de dinars. Pour rappel, la réhabilitation des palmeraies de Taghit et Béni-Abbès avoisine les soixante millions de dinars et permettra à ces deux oasis, ayant été malmenées par les aléas de la nature, de promouvoir l’agriculture locale.

100 millions de DA pour les  périmètres agricoles et la réhabilitation de palmeraies    

Une dotation publique de 100 millions de DA vient d’être consacrée à l’électrification des périmètres agricoles et la   réhabilitation des palmeraies de Taghit et Beni-Abbès, dans la wilaya de   Bechar.  Cet investissement permettra l’électrification globale d’une quarantaine d’exploitations agricoles à travers le périmètre de mise en valeur des terres sahariennes. Quatre autres périmètres agricoles, dont deux situés dans la commune de Béchar et deux autres dans celle de Taghit qui totalisent une surface de plus de 350 ha, bénéficieront aussi de la même opération, retenue dans le   cadre du développement des activités agricoles dans ces deux collectivités, a-t-on fait savoir. En plus de ces projets d’électrification agricole, cet investissement   public permettra également le financement des travaux de réhabilitation des palmeraies plus que millénaires des communes de Taghit et Beni-Abbès, fortes de plus de 600.000 palmiers-dattiers producteurs, et des sources alimentant leurs réseaux d’irrigation traditionnelle, selon la DSA de Bechar.

------------------///////////////////

Aquaculture
Une production de 320 tonnes attendue

Une production de 320 tonnes de poisson d’eau   douce est attendue à fin 2017 à travers le Sud-Ouest du pays, a-t-on appris   auprès de la Direction de la pêche et des ressources halieutiques (DPRH) de Bechar. «Cet objectif est conforté par la réalisation d’une production globale de   221 tonnes des mêmes espèces de poisson durant le premier semestre 2017»,   a précisé à l’APS le directeur du secteur, Titbert Ahmed.  «Durant l’année 2016, le secteur de la pêche et des ressources   halieutiques dans la région avait réalisé une production totale de 203 tonnes, ce qui démontre les efforts déployés par l’ensemble des partenaires   pour le développement et la promotion des activités de production de poissons d’eau douce dans cette partie du pays», a-t-il ajouté. Parallèlement à cette production, 13.000 alvins de Tilapia (poisson d’eau douce de la famille des cichlides qui comprend une centaine d’espèces) et 900 autres alvins de poisson-chat ont été produits par des agriculteurs qui s’adonnent aux activités de mise en valeur des terres sahariennes dans   la région de Reggane (wilaya d’Adrar), ce qui s’est traduit par une   «parfaite maîtrise» des processus d’élevage et de production de ces espèces, a expliqué le même responsable.  Selon lui, il a été procédé également à l’ensemencement de 55 bassins dont 15 appartenant à des femmes-agricultrices dans la commune d’El Ouata (wilaya de Bechar), soit 200 alvins et sept kg d’aliments pour chaque agriculteur offerts gracieusement par le secteur au titre des actions de   développement des activités d’élevage des différentes espèces de poissons d’eau  douce.  Actuellement, et en plus des activités de pêche dans les barrages de   Djorf Ettorba et Brizina, localisés respectivement dans les wilayas de Bechar et d’El Bayadh, avec une dizaine de concessions de pêche continentale délivrées, on recense 159 bassins d’irrigation exploités pour la   pisciculture intégrée à l’agriculture et qui produisent annuellement plus de 50 tonnes de poisson d’eau douce de différentes espèces, ainsi que par 158 agriculteurs de la région qui ont bénéficié de formation dans les techniques de la pisciculture, selon M. Titbert.  «Pour l’instant, notre direction à reçu trois autres demandes de   concessions de pêche continentale au niveau du barrage de Djorf Torba et   dont l’activité sera entamée à la fin du mois de septembre prochain», a-t-il indiqué, annonçant à cette occasion qu’un projet d’aquaculture   conduit par une jeune agricultrice sera mis en service «prochainement» dans   la commune de Lahmar (30 km au nord de Bechar).  

Des projets importants   dans le Sud-Ouest     

Une série de grands projets relevant du secteur de la pêche sont en   voie de concrétisation à travers le Sud-Ouest du pays, dans la perspective   de promouvoir les activités d’élevage des poissons d’eau douce, représentant l’apport du secteur de la pêche et des ressources halieutiques   au développement économique de cette région.  Il s’agit d’une ferme aquacole d’une capacité de production de 500   tonnes/an et d’une autre intégrée à l’agriculture avec une production prévue de huit tonnes à Bechar. Ces deux projets seront mis en activité dès le début de l’année 2019, selon les mêmes sources.  Une autre ferme aquacole est également en phase d’étude à Bechar, avec une   production prévisionnelle annuelle de 50 tonnes de Tilapia et de poisson-chat, a-t-on signalé.  Ces projets viennent renforcer les activités de la ferme aquacole-pilote   de Boukais, au nord de Bechar, qui a été inaugurée en mars 2015. D’une   capacité de production annuelle de 50 tonnes de poisson d’eau douce, dont   la carpe commune, le poisson-chat et le tilapia, cette ferme a nécessité un   investissement sectoriel de 120 millions de DA (réalisation et équipement). «Ils seront certainement un appui important dans l’amélioration de la   production dès 2019 pour la satisfaction des besoins des marchés national et étranger», a estimé M.Titbert.  En matière de formation, un programme sera lancé dès la fin du mois de   septembre prochain au profit de plus de 200 agriculteurs des deux sexes, à   travers les wilayas de Bechar, Adrar, El Bayadh et de Tindouf , et ce, en   collaboration avec l’Ecole de formation des techniques de pêche et   d’aquaculture d’El Ghazaouet (wilaya de Tlemcen), la Chambre de pêche et   d’aquaculture, et les directions des services de l’agriculture de ces   wilayas, a fait savoir le DPRH de Bechar.

---------------///////////////////////

Rentrée scolaire  
Dans de bonnes conditions  

La nouvelle année scolaire a débuté mercredi   dans de «bonnes conditions», à travers les wilayas du Sud du pays, a-t-on constaté.  Plus de 950.000 élèves, tous cycles d’enseignement confondus, dans les   wilayas d’Ouargla, Tindouf, Bechar, Laghouat, Ghardaïa, Adrar, Illizi et   El-Oued ont été accueillis à travers les structures pédagogiques, dotées   des cantines scolaires.  Le coup d’nvoi officiel de la nouvelle année scolaire a été donné dans la   matinée, depuis la wilaya d’Ouargla, par la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, lors d’une cérémonie symbolique organisée au   nouveau groupement scolaire «Cheikh-Bouamama», dans la commune de Hassi Benabdallah.  La wilaya d’Ouargla compte plus de 187.000 élèves : 89.281 dans le   primaire, dont 18.703 en année préparatoire et en première année, le moyen   (60.935 ), le cycle secondaire (27.595). Cet effectif est réparti sur 312   écoles primaires, 113 collèges d’enseignement moyen (CEM) et 49 lycées.  Le secteur de l’éducation dans cette wilaya du Sud-Est a été consolidé par   de nouvelles structures pédagogiques, à savoir un lycée dans la commune de   N’goussa, un CEM dans la localité de Chagga (commune de El-Alia) et trois   groupements scolaires implantés dans les communes de Hassi Benabdallah,   Témacine et Nezla.  Ces nouveaux établissements éducatifs vont contribuer à diminuer la   surcharge dans les classes et améliorer les conditions de scolarisation des   élèves, notamment dans les zones rurales.  Pour le cycle primaire, la nouvelle rentrée scolaire sera marquée également par l’ouverture de classes pour l’enseignement de la langue tamazigh au chef-lieu de wilaya et dans la commune de Blidet-Amor (wilaya déléguée de Touggourt), en plus de l’ouverture de 409 classes   préparatoires, a-t-on fait savoir.  Dans la wilaya de Tindouf, à l’xtrême Sud-Ouest du pays, 16.126 élèves, tous cycles éducatifs confondus, ont retrouvé les bancs de l’école. Il s’agit de 9.281 écoliers dans le primaire répartis sur 318 classes, dont   l’encadrement est assuré par 318 enseignants, 5.067 autres dans le moyen   encadrés par 339 enseignants à travers 17 CEM, alors que le secondaire   compte un total de 1.778 élèves encadrés par 166 enseignants dans quatre   lycées, selon les données de la direction locale du secteur.  Les cantines scolaires dans l’ensemble des écoles primaires de Tindouf   vont garantir, à partir de la première journée de cette rentrée scolaire, des repas chauds aux écoliers , a-t-on assuré. La wilaya de Bechar recense, pour sa part, quelque 74.345 élèves dans les trois cycles d’enseignement, à savoir 38.911 élèves dans le primaire, dont   3.963 nouveaux inscrits attendus dans 161 groupements scolaires, 24.514   élèves dans le moyen et 10.920 autres dans le cycle secondaire qui a été   consolidé par deux nouveaux lycées. Ils seront encadrés par 4.205 enseignants, dont 1.851 pour le primaire, 1.421 pour le moyen et 933 autres   pour le secondaire. A Adrar, quelque 117.000 élèves sont attendus à travers 476 établissements   éducatifs, à savoir 350 écoles primaires, 86 CEM et 40 lycées, dont un   nouveau dans la commune de Metarfa (nord de la wilaya déléguée de Timimoune), selon la Direction de l’éducation. Toutes les dispositions ont   été prises par le secteur pour l’attribution d’un quota de 40.000 primes de   scolarité (3.000 DA), aux bénéficiaires à travers les différentes daïras.  Dans la wilaya d’Illizi, les structures pédagogiques ont été renforcées,   au titre de la nouvelle année par une école primaire à Ohanet (commune   d’In-Amenas), deux CEM base (4) à Bordj Omar Driss et In El-Kours (commune   d’Illizi), une classe dans le CEM Cheikh-El-Mokrani à Bordj Omar Driss, une cantine scolaire dans la localité de Tamdjert et une unité de dépistage et de suivi (UDS) à Bordj El-Houas. L’encadrement pédagogique et   administratif, dans cette wilaya, a été consolidé par le recrutement de 49   nouveaux enseignants, dont 41 pour le primaire, 8 autres pour le   secondaire, en plus de  47 administrateurs (divers grades).   Le secteur de l’éducation dans la même wilaya recense un total de 1.485   nouveaux inscrits dans les classes préparatoires ouvertes dans les   différentes écoles primaires, 1.490 nouveaux élèves dans le moyen et 489   autres dans le secondaire, pour un effectif global de 220.250 élèves, dont   10.456 filles.  La nouvelle rentrée scolaire dans la wilaya de Ghardaïa, dont   l’encadrement pédagogique sera assuré par 103.395 enseignants, dont 2.227   (primaire), 1.854 (moyen) et 1.364 (secondaire), a été marquée par   l’ouverture de deux écoles primaires à Daïa Ben Dahoua, la bourgade de   Chaabat El-Hamra et Zelfana.

---------------///////////////////////

300 INFRACTIONS A L’ENVIRONNEMENT  

Pour la seule période du premier semestre de l’année en cours, la police de l’urbanisme et de l’environnement de Béchar, a pu enregistrer 300 infractions liées à l’urbanisme et l’environnement et ayant entraîné plusieurs procédures judiciaires. On notera dans ce sens que 65 d’entre elles relèvent de construction sans permis de construire, de dépôt de déchets et de gravats entraînant obstructions et encombrements de la voie publique, ainsi que de dépôt de marchandises sur les trottoirs. Ces mêmes services auront également enregistré plusieurs cas liés aux marchés informels, à l’exploitation de parkings illicites et d’absence d’hygiène sur différents lieux de travail. Il faut signaler que les services de la police de l’urbanisme et de l’environnement, relevant de la sûreté wilaya, œuvrent bien plus en étroite collaboration avec ceux de l’APC et de la Direction de l’Environnement, pour une stricte application de la réglementation de ces deux domaines.

FACULTÉ DE MÉDECINE EN BONNE VOIE

Ils sont à présent plus de cent quatre vingt étudiants, entre première et troisième année, à évoluer dans les amphithéâtres et les classes de la faculté de médecine de Béchar. Appelés à venir renforcer toutes les structures hospitalières de la région du Sud-Ouest du pays et dont ils sont, pour la plupart, originaires, ces futurs praticiens de la santé bénéficient d’une formation des plus régulières au niveau de la faculté de médecine, dont l’ouverture, rappelons-le, remonte à 2014. Un acquis tant attendu par la région et qui aura ainsi permis  aux étudiants, répondant aux critères d’accès aux différentes formations de la santé, de poursuivre leurs études non loin de leur résidence, tout en aspirant à pouvoir renforcer les rangs de la corporation médicale, ayant très souvent eu à souffrir de manque de praticiens médicaux. Il convient également de rappeler que l’Ecole paramédicale de Béchar continue, par le biais des différents profils de formation qu’elle garantit, de répondre aux besoins des structures hospitalières, en matière de personnels paramédicaux  dont elles doivent être pourvues.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions