mercredi 18 octobre 2017 03:02:00

NOUVELLES Des bibans

Le nouveau wali, Salah Affani, a entamé son activité à la tête de la wilaya par l’organisation d’un conseil exécutif qui a réuni les chefs de daïras et les directeurs des différents secteurs.

PUBLIE LE : 24-08-2017 | 0:00
D.R

Bordj Bou Arreridj
C’est la rentrée

Le nouveau wali, Salah Affani, a entamé son activité à la tête de la wilaya par l’organisation d’un conseil exécutif qui a réuni les chefs
de daïras et les directeurs des différents secteurs.

Ce conseil qui a fait l’événement dans la wilaya de par les décisions qui y ont été prises a été consacré à la préparation de la rentrée sociale. Le wali qui a rappelé qu’il n’a pas attendu ce conseil pour s’enquérir de la réalité de la wilaya a évoqué la nécessité pour les responsables locaux de sortir de leurs bureaux et d’effectuer des visites sur le terrain pour avoir une idée de l’avancée des projets dont ils ont la charge. Il a demandé dans cet ordre d’idée aux chefs de daïras d’élaborer des programmes d’inspection de leurs communes. Des visites surprises des chantiers et même des différents services publics sont nécessaires pour avoir une idée précise de leur fonctionnement a-t-il déclaré aux fonctionnaires concernés.
Il a insisté également sur la coordination entre ces derniers et les directeurs de l’exécutif pour apporter des solutions rapides aux contraintes qui peuvent surgir. Cette coordination permet également de hiérarchiser les priorités pour prendre en charge les besoins essentiels des citoyens a-t-il fait remarquer. Au passage, le premier responsable de la wilaya qui a lancé un appel aux élus locaux pour améliorer la gestion de leurs collectivités et concrétiser la bonne gouvernance en ouvrant leurs portes aux citoyens , a souligné la nécessité de lever toutes les réserves liées à  l’environnement, à la santé et au service public.
 Dans ce cadre M Salah Affani a donné des instructions pour veiller à la distribution des logements sociaux très attendus par les citoyens. «Vous devez aussi terminer les travaux d’aménagement extérieur et de raccordement aux différents réseaux» a-t-il dit aux responsables locaux qui ont un délai d’un mois pour terminer l’opération. Les communes concernées par cette dernière sont Khelil avec 290 unités, El Hamadia 143, Tassameurt 140, Bellimour 187, Mansourah 183. Il n’a pas manqué de rappeler que la distribution qui doit se faire en toute transparence doit être suivie par la remise des clés sitôt les procédures de location accomplies.

Réception de 3 lycées et 4 groupes scolaires

Le wali a décidé en outre de réunir les cadres de chaque secteur de la wilaya pour examiner avec eux les défaillances constatées ainsi que les moyens d’y remédier. Ces réunions devront se tenir périodiquement a-t-il annoncé. Revenant à l’objet de la réunion à savoir la rentrée sociale, le premier responsable de la wilaya qui a écouté les rapports présentés par les responsables des secteurs concernés. Pour celui de l’éducation, il est prévu la réception de 3 lycées, 2 salles de sport et 4 groupes scolaires. Ce qui devra améliorer les conditions d’accueil des élèves de la wilaya. Le wali qui insisté sur leur ouverture avant la rentrée pour qu’ils soient opérationnels à cette date a donné des instructions pour le respect du plan de transport scolaire ainsi que la garantie  de rations saines pour les élèves.
L’encadrement pédagogique et administratif nécessaire pour le bon fonctionnement des structures doit être mobilisé a-t-il dit aussi. Comme pour le logement, il a donné un délai de 21 jours soit jusqu’au 15 septembre prochain pour que les primes scolaires ainsi que les cartables soient remis aux élèves démunis.
Pour que l’histoire ne soit pas une matière sèche et pour assurer une communication permanente entre les moudjahidines et les générations futures, M Salah Affani a suggéré qu’un programme avec des activités périodiques soit élaboré par la direction de l’éducation en collaboration avec celle des moudjahidines et la représentation locales de l’ONM.
La rentrée universitaire a été la seconde préoccupation de la réunion ou il a été décidé la mobilisation de 50 logements d’astreinte pour les enseignants et 1.000 lits pour les étudiants qui bénéficieront cette année d’une actualisation de la carte de transport avec le renforcement des destinations par l’ajout de 6 nouvelles lignes urbaines.
  

Opération
ville propre

Les habitants qui avaient l’habitude de se lever tard dans la journée ont été réveillés par les bruits de camions et des engins qui s’activaient prés de leurs bâtiments. Les uns ramassaient les ordures. Les autres veillaient à ce que rien ne soit oublié. Certains habitants se sont joints à l’opération. D’autres se sont contentés de regarder alors que cette dernière a été décidée pour améliorer les conditions de vie de ces habitants justement. Les services de la wilaya ont décidé devant l’ampleur de la dégradation de l’environnement au chef lieu de cette dernière de lancer une opération d’envergure pour le rendre plus propre. En effet le visiteur de la ville de Bordj Bou Arreridj est sidéré par la saleté qui couvre les quartiers de la ville. Certains espaces qui devraient être verts sont remplis d’immondices. Non seulement, l’image est repoussante. Mais même l’odeur n’invite pas au passage. Pire les insectes qui survolent ces immondices sont la cause de beaucoup de maladies. Pourtant les citoyens se plaignent du manque d’espaces de divertissement et même d’oxygénation. Pour toucher tous les endroits les mêmes services qui rappellent que l’action qui a été lancée n’est pas épisodique ont décidé de couper la commune en districts pour faciliter leur gestion ainsi que leur couverture. C’est ainsi que chaque district est placé sous la responsabilité d’une direction de wilaya ou d’un organisme public comme l’OPGI, l’agence foncière ou l’office des centres d’enfouissement technique. Justement c’est toute la ville qui l’a été à la fin de l’opération. Les habitants qui ne cessent de se plaindre de la dégradation de ce dernier doivent savoir que sans leur concours toute initiative est vouée à l’échec. Un seul geste comme le respect des endroits et surtout des horaires de sortie des ordures vaut toutes les opérations d’assainissement quels que soient les moyens utilisés.
 

9 terrains de proximité
couverts de gazon synthétique

 

Avec leur couleur verte qui inspire la netteté, la propreté et l’espace, les terrains de proximité de la commune de Bordj Bou Arreridj ne passent pas inaperçus. Non seulement, les jeunes et même les moins jeunes peuvent s’adonner à cette pratique sans risques. Mais des talents qui attendaient les conditions nécessaires pour leur expression peuvent être découverts. Ce qui ne manquera pas d’influer sur l’amélioration du niveau de l’élite sportive dans la wilaya en particulier et le pays en général. Beaucoup de noms connus dans le domaine ont été découverts grâce aux activités de proximité. Ce qui a poussé les observateurs à regretter justement l’absence d’un cadre pour l’encouragement de ces dernières.
Les clubs rappellent ils ne s’occupent plus de la formation et même de la prospection de nouveaux talents capables d’honorer le pays. Comme l’infrastructure ne suffit pour développer cette activité,  le cadre nécessaire pour l’accompagnement des jeunes devait être mis en place. Ce qui a été réalisé avec la signature de conventions avec des associations locales l’exploitation de ces espaces mais aussi la leur gestion. En effet, l’APC qui est propriétaire n’a pas les moyens humains et matériels pour le faire. L’expérience a montré également que leur abandon peut mener même à leur détérioration pour ne pas dire leur disparition. Par le passé,  plusieurs de ces espaces qui ont coûté des sommes importantes ont été carrément dévalisés.
Les équipements ont été volés. Même les clôtures ont été détruites à la grande désillusion des jeunes qui ne pouvaient plus les utiliser. La décision était d’autant plus difficile à prendre que les opérations de réaménagement comportaient un acquit qui était un rêve pour les jeunes à savoir la couverture des terrains par du gazon synthétique. Bien sûr, il est possible de confier ces espaces à des privés. Mais dans ce cas, l’opération perdrait son essence même puisque les prix pratiqués par ces derniers pourraient interdire même l’accès à beaucoup de jeunes.
Les associations qui sont par définition non lucratives étaient la solution idéale pour atteindre ce noble objectif tout en préservant ces espaces qui ont couté des sommes importantes. C’est ainsi que la commune de Bordj Bou Arreridj qui comporte 9 terrains de proximité qui obéissent à ces conditions est marquée dernièrement par une reprise des activités sportives dans les cités à la grande joie de beaucoup d’habitants. Il faut noter que cela n’a pas manqué de faire des mécontents. Comme la plupart des terrains sont situés à l’intérieur même des cités, des habitants se sont plaints des nuisances qui accompagnent les parties.
Les cris et parfois les insultes qui surgissent des bouches des joueurs emportés par l’enthousiasme des matches empêchent les gens de dormir. L’APC qui reste la première responsable de cette dernière souligne que le cahier de charges signées par les associations qui sont responsables des terrains stipule outre l’entretien des espaces et des espaces, l’encadrement des jeunes qui doivent même payer une somme symbolique pour qu’ils soient intégrés dans les équipes.
L’assemblée qui a promis de dépêcher des inspecteurs pour s’enquérir de la situation rappelle l’horaire de fermeture des espaces alloués est arrêté à 22 heures pour éviter tous les désagréments. Autant dire que l’expérience qui a donné beaucoup de résultats sera maintenue. Nous veillerons à corriger les erreurs qui sont commises. Les associations qui n’ont pas respecté le cahier de charges seront sanctionnées. Nous allons même leur retirer la gestion des terrains qui leur ont été confiés promet un responsable local qui annonce que 6 autres terrains de proximité seront également réaménagés et couvert de gazon synthétique.

2 milliards de centimes
pour la commune de Hasnaoua

 

La commune de Hasnaoua qui se trouve à une douzaine de kilomètres au nord de Bordj Bou Arreridj connaît de graves problèmes d’aménagement avec des routes défoncées qui provoquent des dégâts aux véhicules qui les traversent.
Même l’axe principal n’est pas dans un meilleur état avec des trottoirs inexistants. Pourtant cet axe qui fait partie de la RN76 est très fréquenté. Des centaines de voitures passent par cette route qui connaît un encombrement quotidien. Il faut parfois presqu’une heure pour traverser Hasnaoua comme si l’on était dans une grande ville sans que l’ont trouve avantage de cette dernière.
Le développement du commerce tout au long de l’axe principal n’a pas arrangé les choses pour les habitants qui se trouvent devant un grand désordre avec ces passants qui se disputent la place aux véhicules en stationnement. Heureusement que l’APC a lancé un programme d’aménagement urbain qui devra remédier à cette situation qui gène aussi bien les habitants que les visiteurs. Ce programme d’une valeur de 2 milliards de centimes devra permettre la modernisation de l’axe principal de la localité avec l’aménagement de trottoirs et d’espaces de stationnement et même le renforcement de l’éclairage public.
Avec les travaux de dédoublement de la RN 76 qui devront permettre d’améliorer l’entrée de Hasnaoua, cette dernière devra également en finir avec l’encombrement de la circulation qui fait d’elle actuellement un point noir de cette route.

Restriction de la
distribution d’eau à El Hamadia

La commune d’El Hamadia qui souffre du tarissement de ses ressources en eau potable a bénéficié de 5 forages qui devront permettre d’augmenter la dotation qu’elle reçoit de cette matière précieuse.
En attendant l’apport de ces forages, les services de l’ADE qui font face à un accroissement des besoins de la population de cette commune située au sud de la wilaya de Bordj Bou Arreridj ont décidé de revoir le programme de distribution. Ce programme qui a été décidé pour rendre cette opération plus juste a partagée la commune en deux. La partie basse devra recevoir l’eau une fois tous les 5 jours. Les habitants de la partie haute seront servis une fois tous les 8 jours. Avec la mobilisation des camions de l’entreprise, ils espèrent que la population qui pourra remplir ses citernes ne manquera pas d’eau. Ces camions citernes devront sillonner les quartiers en dehors des journées ou les robinets seront fonctionnels.
  

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions