lundi 12 novembre 2018 19:55:31

Thermalisme : entrée en Bourse d’une PME

Un 6e «atterrissage» à la Bourse d’Alger. Il a pour nom : AOM invest. Un établissement spécialisé en tourisme thermal.

PUBLIE LE : 17-08-2017 | 0:00
D.R

Un 6e «atterrissage» à la Bourse d’Alger. Il a pour nom : AOM invest. Un établissement spécialisé en tourisme thermal.

«Le dossier est en voie de finalisation», annonce le PDG de la Société de gestion de la bourse des valeurs, Yazid Benmouhoub. Lui emboîtant le pas, Hicham Attar, premier responsable de cette PME, née d’un partenariat public-privé, précise qu’une dernière assemblée extraordinaire aura lieu en septembre prochain. Le dossier au niveau de la Cosob «est finalisé». Sollicité pour davantage de détails, le même responsable annonce que «l’entrée officielle aura lieu début octobre tout au plus». L’entreprise en question est, précisions-le, basée à Oran. Son capital social est de l’ordre de 112,930 millions de dinars et fait travailler une dizaine de personnes. D’autre part, il y a lieu de souligner que la Bourse d’Alger, en 20 ans d’existence, a enregistré une adhésion très timide des entreprises algériennes. M. Benmouhoub explique la situation par l’immaturité des entreprises privées, souffrant d’une «méconnaissance des mécanismes boursiers» et d’un «manque de structuration», et de volonté d’affronter un marché exigeant plus de transparence. Aujourd’hui, la SGVB est loin de ses objectifs inscrits au chapitre de sa modernisation. Visant une  capitalisation de 10 milliards de dollars pour cette année, la Bourse d’Alger n’a atteint que 457 millions de dollars. M. Benmouhoub appelle les entreprises privées, notamment cotées, à prendre le taureau par les cornes. Avec à la clé l’intégration de la Bourse dans leur plan de financement, outre les financements traditionnels. «C’est à travers les investisseurs et les entreprises qui s’y introduisent que la Bourse jouera pleinement son rôle», précise-t-il. Pour les entreprises publiques, le PDG de la Bouse d’Alger dit que même si la démarche s’avère «longue», l’introduction en bourse de 8 entités, annoncée en 2013 par le CPE, est «toujours maintenue». L’étape d’évaluation de certaines d’entre elles, à l’instar de Mobilis, du CPA et de Cosider, «est pratiquement achevée». Avec la baisse des liquidités bancaires et le stress financier qui s’est installé, la Bourse pourrait aujourd’hui plus qu’avant jouer un rôle plus dynamique dans le financement de l’économie nationale, et a toutes les chances de devenir un palliatif au financement des entreprises.
Fouad Irnatene

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions