mardi 24 octobre 2017 03:03:33

« Perspectives agricoles mondiales » 2017-2026 : Assurer la stabilité des marchés

«L’insécurité alimentaire et la malnutrition sous toutes ses formes n’en demeureront pas moins un problème persistant à l’échelle mondiale», avertissent les experts.

PUBLIE LE : 13-08-2017 | 0:00
D.R

«L’insécurité alimentaire et la malnutrition sous toutes ses formes n’en demeureront pas moins un problème persistant à l’échelle mondiale», avertissent les experts.
Les prix des produits alimentaires de base, au niveau international, «devraient se maintenir à un bas niveau tout au long de la décennie à venir». La dernière édition des «Perspectives agricoles» publiée, en juillet, par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la FAO, pour les dix prochaines années (2017-2026), argumente cette donne par le fait  «d’un tassement de la croissance de la demande dans plusieurs économies émergentes et d’un affaiblissement de l’impact des politiques bioénergétiques sur les marchés». L’analyse  indique que «la reconstitution des stocks de céréales, à hauteur de 230 Mt au cours des dix dernières années, en sus de l’abondance des stocks de la plupart des autres produits de base, devrait également concourir à contenir la hausse des prix mondiaux». Le même rapport précise que «la demande par habitant de produits alimentaires de base stagnera, sauf dans les pays les moins avancés», alors que, la demande sur la viande devrait faiblir  «en l’absence de nouvelles sources de demande à même d’entretenir la dynamique précédemment lancée par la Chine». Les auteurs de cette analyse insistent sur le fait que «l’insécurité alimentaire et la malnutrition sous toutes ses formes n’en demeureront pas moins un problème persistant à l’échelle mondiale, nécessitant une approche internationale coordonnée». Les projections OCDE/FAO indiquent que la croissance de la production végétale sera essentiellement le fait «de l’amélioration des rendements» qui contribuera à «hauteur de 90% à la hausse de la production de maïs, les 10% restants étant à mettre au compte de l’accroissement des superficies». Les prévisions en question anticipent une augmentation de la production de lait qui devra connaître une croissance accélérée comparativement à la précédente décennie, en Inde et au Pakistan, en particulier. Selon ce rapport,  les échanges agricoles sont censés «mieux résister aux ralentissements de l’économie que ceux d’autres produits», alors que «les exportations devraient rester concentrées dans un petit nombre de pays producteurs pour presque tous les produits, ce qui risque de rendre les marchés mondiaux plus vulnérables aux chocs sur l’offre». Cependant,  avertissent les analystes, «des événements imprévus peuvent facilement faire dévier les marchés de ces grandes tendances, aussi est-il indispensable que les gouvernements continuent d’unir leurs efforts pour assurer la stabilité des marchés alimentaires mondiaux». Des éventualités à prendre en considération et qui imposent aux décideurs de chercher «des réponses au défi majeur auxquels se trouvent confrontées l’agriculture et l’alimentation mondiales, à savoir assurer l’accès d’une population mondiale toujours plus nombreuse à une alimentation sûre, saine et nutritive», recommande l’analyse.
D. Akila
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions