samedi 28 mars 2020 19:31:37

Les réactions au discours du Président Bouteflika - UGTA : Un véritable projet de société

Les Touaregs du Tassili saluent les nouvelles réformes annoncées par le Président Bouteflika

PUBLIE LE : 17-04-2011 | 20:18
D.R

Des enseignants universitaires
Les dernières décisions, un pas audacieux
Des professeurs universitaires ont qualifié les décisions annoncées par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, dans son discours à la nation de "pas audacieux" pour consacrer la véritable démocratie en Algérie.             
Ces décisions sont intervenues, ont indiqué à l'APS des professeurs,  pour "redessiner le paysage politique en Algérie conformément aux droits de  l'homme, au principe de gouvernance et de démocratie participative."            
Professeur des systèmes politiques comparés à la faculté des sciences politiques et d'information à l'université d'Alger, M. Mohand Berkouk a estimé,  dans ce contexte, que l'annonce, par le Président de la République, de l'amendement  de la Constitution par le biais de la création d'une commission élargie qui avance des propositions à ce sujet était "l'amorce de l'élaboration d'un texte fondamental qui dessine les contours de la nouvelle République avec un système politique démocratique et une administration décentralisée et basée sur le service public et la rationalité."            
L'amendement des lois relatives à l'exercice démocratique, a-t-il  ajouté, se propose de "consolider le mouvement démocratique et consacrer le véritable pluralisme politique et médiatique."            
Décider de "la nécessité d'élargir les prérogatives des assemblées  locales élues a pour but de consacrer une démocratie locale conformément aux exigences de développement qui considère le citoyen comme une finalité pour tout programme de développement", a-t-il ajouté.            
Pour M. Berkouk, les réformes annoncées par le Président de la République sont "ambitieuses et complémentaires et s'inscrivent dans le processus d'édification d'un Etat moderne et un jalon pour la réalisation du développement dans le cadre de la stabilité et de la sécurité."          
L'enseignant à l'Institut des sciences politiques et de l'information, M. Mohamed Laâgab, a, pour sa part, estimé que la consécration sur le terrain des décisions annoncées par le Président de la République dans son discours à la nation sera synonyme de "naissance d'une Algérie nouvelle reposant sur les bases de la véritable démocratie et dans laquelle le peuple est souverain."          
Pour cet enseignant, les décisions annoncées "représentent l'ensemble des revendications des partis et des aspirations des citoyens." Il s'agit maintenant,  a-t-il dit, de "définir un calendrier pour la mise en œuvre de ces décisions, car le contexte international ne nous permet aucun retard."          
M. Laâgab a précisé avoir perçu dans le discours du Président de la République sa volonté de rendre la justice indépendante, citant le passage selon lequel les réformes politiques ne peuvent aboutir qu'avec une justice indépendante placée sous la seule autorité de la loi.          
L'intervenant a, en outre, souligné l'importance de la révision du code électoral afin que le peuple puisse choisir ses représentants en toute liberté et démocratie et que les élus soient au service de l'intérêt général du peuple.          
L'enseignante de droit constitutionnel à l'Institut de droit de l'université  d'Alger, Mme Fatiha Benabbou, a estimé, quant à elle, que ces décisions sont "un pas positif qui permettra à l'avenir d'associer le peuple à la consécration et l'ancrage des règles de l'exercice démocratique en Algérie."          
Elle a indiqué que la formation d'une commission regroupant plusieurs courants politiques et des spécialistes en matière de droit constitutionnel pour la révision de la Constitution est "une initiative audacieuse pour élaborer une Constitution qui répond aux aspirations du peuple car étant source de pouvoir."

-----------------------

UGTA :
Un véritable projet de société
L’UGTA a accueilli avec une grande satisfaction le discours à la nation du Président de la République M. Abdelaziz Bouteflika.
Les réformes profondes annoncées sont une réponse claire et sans équivoque aux aspirations des travailleuses et travailleurs en particulier, et du peuple en général. L’implication des forces politiques, économiques et sociales dans cette véritable refondation de l’Algérie constitue pour la Centrale syndicale l’expression forte de la détermination du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, à faire entrer l’Algérie dans le concert des nations démocratique avancées.
L’UGTA considère qu’il s’agit d’un véritable projet de société que toutes les forces vives de la nation se doivent d’adopter et de porter car il concerne autant la consolidation  du développement économique, l’approfondissement de la réforme des institutions de l’Etat que le parachèvement du processus démocratique et du pluralisme politique.
L’UGTA salue enfin la décision du Président de la République d’ouvrir des débats nationaux sur des questions majeures comme le développement local ou l’investissement.
L’Union générale de travailleurs algériens sera comme toujours porteuse des idéaux d’espérance pour une Algérie forte, unie et solidaire.

-----------------------

Les Touaregs du Tassili saluent les nouvelles réformes annoncées par le Président Bouteflika  
Des chefs de tribus touaregs des Ajjer (Tassili) ont salué les nouvelles réformes annoncées par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, dans son discours à la nation, ainsi que les efforts déployés par l'Etat en faveur du développement des régions du sud du pays.          
"Nous appuyons le contenu du discours du Président Bouteflika et saluons  toutes les réalisations qui ont vu le jour sous sa bonne gouvernance des affaires  du pays, tout en lui tendant la main pour raffermir les liens d'amour, de fraternité  et pour défendre l'unité du territoire national", affirment-ils dans une motion  de soutien parvenue hier à l'APS. Les signataires ont déclaré "défendre" également les "acquis de la Révolution du 1er Novembre 1954 et poursuivre l'effort d'édification entamé lors de la dernière décennie.''  Tout en se "félicitant du retour de la sécurité et de la stabilité à travers l'ensemble du territoire national", les chefs de tribus ont appelé au resserrement de l'unité nationale pour "préserver cet acquis et se dresser contre tous ceux qui tentent d'y porter atteinte et déjouer leurs desseins visant à semer le doute parmi les citoyens.''  Dans ce contexte, ils ont dénoncé "fermement" les propos tenus  par "certains individus s'autoproclamant représentants de leur région."          
"Nous connaissons parfaitement qui ils sont, leur origine et les desseins de leur campagne contre les meilleurs fils de la région des Ajjer fidèle aux principes de la Révolution du 1er Novembre 1954'', ont-ils affirmé.         
 Un notable de la tribu de Kel Ghazi, M. Mehdi Aksour, a indiqué à l'APS  ''qu'aucune personne ne peut influer sur le choix de notre décision, nous voulons  la stabilité et la sécurité de notre région et du pays".          
Ce notable réagissait ainsi à des propos de personnalités locales sur la représentation de la région lors de la rencontre tenue le 26 mars dernier  entre le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould  Kablia, et des notables du sud du pays.          
De son côté, le représentant de la région des Ajjer, M. Malakh Abdelkader  a affirmé : ''Nous devons œuvrer avec la population des autres localités de la wilaya (Oued Semen, In Amenas, Tin Fouyé Tabenkort et Bordj Omar Idris),  pour garantir la stabilité et apaiser les esprits des populations de la région en cette période de crise libyenne."  ''Notre objectif est d’unifier les rangs tout en informant les Touaregs des zones frontalières de Tarat, Tinalkoum et Debdeb, ainsi que ceux des localités éloignées sur les efforts déployés par l'Etat dans les domaines socio-économiques", a-t-il précisé.  Le même représentant touareg a estimé, par ailleurs, que les frontières  avec les pays du Sahel nécessitent une "vigilance accrue", soulignant que les  Touaregs des Ajjer et de l’Ahaggar "ont convenu de relever, en commun, tous  les défis dans la région.''          
Pour sa part, El Hadj Touahria Naimi Ben Hama, 70 ans, né à Tarat (Illizi), une personnalité influente en milieu touareg, a affirmé que MM. Malakh  Abdelkader et Benabdelhakem Benkoussa, qui ont pris part à la rencontre  avec le ministre de l'Intérieur, "sont le choix décidé par les Touaregs du Tassili Ajjer, et ont toute notre confiance ainsi que celle de l’Etat pour l’intérêt de la région et du pays."

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions