vendredi 22 septembre 2017 03:42:51

Accidents de la circulation : Les jeunes impliqués à 35%

Les jeunes âgés entre 18 et 29 ans sont fortement impliqués dans 35% des accidents de la route enregistrés durant le premier semestre de l’année en cours.

PUBLIE LE : 17-07-2017 | 0:00
Ph : Nesrine

Les jeunes âgés entre 18 et 29 ans sont fortement impliqués dans 35% des accidents de la route enregistrés durant le premier semestre de l’année en cours. En marge de la tenue de la campagne de sensibilisation aux accidents de la circulation, animée hier à l’esplanade d’El- Kitani, organisée par le Centre national de prévention et de sécurité routières, le directeur général de cette structure, Ahmed Naït El-Hocine, a déclaré que «la nouveauté dans l’action de sensibilisation, c’est l’utilisation de nouvelles technologies de l’information et de la communication, plus attractives pour les jeunes».
M. Naït El-Hocine a expliqué que «les anciennes méthodes utilisées, comme les dépliants, ont montré leur limite. Aujourd’hui, le cœur de la cible sont les jeunes qui sont majoritairement impliqués dans de nombreux accidents, d’où la nécessité de faire passer le message avec des simulateurs de conduite et des lunettes de réalité virtuelle». Le directeur général du centre a indiqué que «l’objectif de cette journée s’inscrit dans le cadre du plan d’action  défini par le Centre national de prévention et de sécurité routières, dans le cadre de la sensibilisation et de l’éducation routières.
La période de départ en vacances est une constante dans le plan d’action, car on enregistre un taux de sinistralité en hausse durant les mois de juillet et d’août. C’est la raison pour laquelle nous avons déjà initié une action similaire pendant l’année écoulée qui a donné de très bons résultats».
Selon lui, tous les indicateurs de la sécurité routière sont en diminution, c'est-à-dire qu’au cours de l’année 2016, comparativement à 2015, on a observé la même tendance à la baisse, au cours du premier semestre 2017. M. Naït El-Hocine a tenu à préciser que «contrairement à l’idée reçue de la vétusté du parc automobile qui contribue à l’accidentalité, c’est tout à fait le contraire.
 La plus grande proportion des accidents de la route est celle des véhicules de moins de cinq ans avec la première infraction de la circulation routière qui est l’excès de vitesse, qui représente 25%. Plus le véhicule est
confortable et neuf, plus on se sent en sécurité et plus on a tendance à faire de la vitesse. C’est un état d’esprit qu’on doit changer afin d’améliorer les conditions de la sécurité routière».  Toutefois, le nombre d’accidents corporels  est en baisse de 12,49% les cinq premiers mois de l’année 2017, et la même période de l’année 2016 : 11.663 accidents enregistrés les cinq premiers mois de 2016 et 10.206 les cinq premiers mois de 2017, soit 1.457 accidents de moins.  Cette baisse du nombre d’accidents corporels est estimée à 1,05% au niveau des zones urbaines, soit 68 accidents de moins et 26,77% au niveau des zones rurales, soit 1.389 accidents de moins.

Alger en première place

Une diminution des victimes de la route au cours des cinq premiers mois 2017 de 177 par rapport à la même période 2016. Nonobstant que 1.343 personnes ont perdu la vie  au cours de cette même période et 1520 l’année 2016, soit moins 11,64%. Cette baisse de  mortalité est estimée à 0,68% au niveau des zones urbaines, soit 02 vies épargnées, 14,25% au niveau des rurales, soit 145 vies épargnées. Le nombre de personnes blessées sur nos routes a également
connu une réduction de 16,43% : 14.500 personnes au cours des cinq premiers mois de l’année 2017, contre 17.350 durant la même période 2016 (2.850 personnes en moins), se répartissant comme suit :0,59% au niveau des zones urbaines (- 45 personnes blessées) et 28,72% au niveau des zones rurales, soit -2.805 personnes. S’agissant des causes d’accident relevées, il est à noter que 9,785 accidents de la circulation sont liés au facteur humain, plus particulièrement le non-respect des règles de la circulation. 240 accidents de la circulation sont liés à l’état des véhicules et 181 à l’état de la route. Avec 1.750 accidents corporels enregistrés au cours de l’année 2016, la wilaya d’Alger se positionne à la première place des wilayas les plus accidentogènes.
En comparaison avec l’année 2015, la capitale a enregistré une baisse de 11,88%.
Alger se classe en 8e position, avec 117 personnes décédées au cours de l’année 2016, contre 139  au cours de l’année 2015, soit une diminution de 15,11%.
Par indice de gravité, Alger se classe 47e, avec 7 tués sur 100 accidents routier, au cours de l’année 2016.
Wassila Benhamed
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions