vendredi 22 septembre 2017 03:42:06

De l’informel au formel : Sortir de la clandestinité

Le secteur informel frauduleux est constitué d’acteurs qui disposent d’importants moyens financiers, et qui parfois sur certains volets de leurs activités sont en règle ou formalisés, mais qui pour une raison ou une autre préfèrent exercer tout ou partie de leurs activités en marge de la légalité.

PUBLIE LE : 17-07-2017 | 0:00
D.R

Le secteur informel frauduleux  est constitué d’acteurs qui disposent d’importants moyens financiers, et qui parfois sur certains volets de leurs activités sont en règle ou formalisés, mais qui pour une raison ou une autre préfèrent exercer tout ou partie de leurs activités en marge de la légalité. Devant cette situation, plusieurs questions nous interpellent : quel sens donner à la transgression, aux notions de formel et d’informel ? Peut-on organiser les activités économiques qui échappent au contrôle des autorités politiques ? Celles-ci participeront-elles à l’institutionnalisation de pratiques transgressives ou poussent-elles à la formalisation entendue comme possibilité de régularisation ?
De ce fait, la Caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés (CASNOS), a entamé des démarches pour la mise en place de nouvelles mesures qui visent l’absorption de l’informel.
Les mesures en question seront entreprises en collaboration avec d’autres secteurs tels que le commerce pour la mise en place directe  du registre de commerce vis-à-vis de ces acteurs de l’informel, en leur attribuant, également, certaines facilitations et un accompagnement, comme il nous a été expliqué par le Directeur Général de la CASNOS, M. Acheuk-Youcef Chawki, que nous avons rencontré en marge de la visite du Premier ministre à l’Ecole supérieure de la sécurité sociale de Ben-Aknoun (Alger).
M. Acheuk nous a précisé que le premier objectif de la mise en place de ces nouvelles mesures est de formaliser l’informel qui pèse lourd sur la valorisation de l’économie algérienne. « Il est inconcevable de laisser l’informel dans  cette situation d’abandon. On doit le cerner et le formaliser », a-t-il souligné, ajoutant que  l’informel est toujours précaire et qu’il faut lutter contre ce phénomène en le régularisant. « Il faut leur faire comprendre la nécessité et l’importance de cette couverture sociale en donnant l’exemple. La meilleure voie pour l’absorption de l’informel est de passer par la protection et la couverture sociale ».
Il explique que l’entrepreneur évoluant dans l’informel est un risque pour tout le monde. Personne ne voudrait traiter avec un partenaire qui du jour au lendemain va disparaître dans la nature.
 En plus, ce partenaire, en cas de décès, ne laisse aucune entrée d’argent  pour sa famille. Il est donc temps que les entrepreneurs informels migrent vers le secteur formel afin de bénéficier des avantages liés au secteur formel, c’est-à-dire le secteur déclaré et reconnu par les administrations et les organismes de financement.
               Kafia Ait Allouache

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions