jeudi 21 septembre 2017 00:29:07

La Turquie commémore le putsch : Erdogan met en garde les «traîtres»

« Pas d'adhésion à l'UE sans respect de la démocratie »

PUBLIE LE : 17-07-2017 | 0:00
D.R

Plusieurs centaines de milliers de Turcs ont commémoré, dans la nuit de samedi à dimanche, l'anniversaire de la tentative de putsch contre le président Recep Tayyip Erdogan, qui a vertement promis d'«arracher la tête des traîtres». Pour marquer cet événement qui a traumatisé la Turquie, M. Erdogan a participé à un rassemblement massif à Istanbul, où il a inauguré un mémorial pour les 250 victimes du coup de force, puis a prononcé un discours ému devant le Parlement à Ankara, avant d'inaugurer au lever du jour un autre mémorial, devant le palais présidentiel cette fois. Des dizaines de personnes ont campé près du palais et des milliers d'autres sont venues afin d'assister à ce dernier événement, qui a clôt les célébrations officielles de ce premier anniversaire. Alors que l'échec du putsch a été salué par M. Erdogan comme une «victoire de la démocratie», sa riposte, marquée par des arrestations et limogeages massifs, a suscité l'inquiétude de pays européens et d'ONG quant au respect des droits de l'Homme. Accusant le prédicateur Fethullah Gülen d'être derrière le putsch, ce que nie l'intéressé, Ankara a lancé des purges d'une ampleur sans précédent contre ses partisans présumés: plus de 50.000 personnes ont été arrêtées, plus de 100.000 limogées par vagues successives.

« Pas d'adhésion à l'UE sans respect de la démocratie »

Pour sa part, le président de la Commission européenne a exhorté hier la Turquie à respecter les valeurs démocratiques si elle veut entrer un jour dans l'UE, au lendemain de propos du président turc contre les putschistes. «Un an après la tentative de putsch la main de l'Europe reste tendue», a écrit Jean-Claude Juncker dans une tribune publiée par l'édition dominicale du journal allemand Bild, alors que les négociations en vue d'une adhésion de la Turquie à l'UE sont depuis plusieurs années au point mort. Mais en échange, il est nécessaire «que la Turquie démontre clairement sa volonté d'être européenne et prenne à cœur de manière décidée les valeurs européennes fondamentales», a ajouté M. Juncker, dont les services sont chargés de mener les négociations d'adhésion avec la Turquie. «Une Union des Droits de l'Homme, de la liberté de la presse et de l'Etat de droit n'est par exemple pas compatible avec le placement en détention à l'isolement pendant des mois de journalistes sans mise en accusation», a ajouté le président de la Commission en référence notamment au cas d'un journaliste germano-turc, Deniz Yücel, accusé par Ankara de soutien au «terrorisme».
M. T. et agences
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions