dimanche 19 novembre 2017 22:24:57

Chansons traditionnelles malouf et persane au TNA : Fusion réussie

Une magnifique fusion musicale entre le genre malouf et la musique traditionnelle iranienne a été offerte, lors de la soirée de samedi dernier, au public présent au théâtre national Mahieddine-Bachtarzi, et ce, par l’artiste algérien Fouzi Abdennour dans le style malouf et l’iranienne Khatoum Banahi.

PUBLIE LE : 17-07-2017 | 0:00
D.R

Une magnifique fusion musicale entre le genre malouf et la musique traditionnelle iranienne a été offerte, lors de la soirée
de samedi dernier, au public présent au théâtre national Mahieddine-Bachtarzi, et ce, par l’artiste algérien Fouzi Abdennour dans le style malouf et l’iranienne Khatoum Banahi.

Organisé par le théâtre national, ce concert de musique algéro-iranien de plus de deux heures, où les deux interprètes ont supprimé les frontières musicales et culturelles, a pu, grâce aux savoureuses sonorités, rapprocher les peuples. Fusionnant chant et musique antique iranienne et andalous algérien, les interprètes ont enchanté, le temps d’une soirée, devant une assistance timide sur la scène du TNA où les spectateurs iraniens constituaient l’essentiel du public. Des morceaux de la musique iranienne ont été joués par les musiciens qui ont accompagné les interprètes durant cette soirée musicale. Les chansons les plus célèbres dans les répertoires des deux pays se sont agréablement succédé. Ce spectacle musical, dans sa première partie, a été ouvert par le constantinois Fouzi Abdennour, avec le luth, son instrument de prédilection, qui a offert un récital de musique malouf, revisitant des pièces du patrimoine andalou et mahdjouz. «Ya saqi», «Ya Ghazali», «Rahou Âalya», «Jarhi djani s’eaib» et «Mal h’bibi malou»… tels sont les quelques titres sortis du terroir culturel du malouf par ce jeune artiste.
Un moment chargé d'émotion, de bonheur et de paix qui  plongera  les présents dans un merveilleux voyage à travers l'Andalousie arabe au bonheur des mélomanes du malouf octroyant félicité et nostalgie aux parfums de la ville des ponts suspendus, avant l’entrée majestueuse de Khatoum Banahi. Très attendue par ses fans iraniens, la chanteuse prodige iranienne est ensuite montée sur scène avec un torrent d’applaudissements et des youyous nourris. Dotée d'une belle présence, Khatoum Banahi a séduit l'assistance par sa voix suave et limpide, interprétant librement son répertoire en posture debout. Enchaînant d’abord un isthikhbar, la cantatrice à la voix pure et cristalline a ensuite brillamment rendu sa voix en interprétant «Bent Chalabya», «Helé hélé», «Djamtal», «Banou banou», «Soltana ghalfa». Le public, plutôt enclin à apprécier un récital de musique dans ses variantes, a été conquis par un magnifique ensemble architectural à la blancheur éclatante conjuguant esthétique, confort et modernité à travers l'excellente prestation donnée par les deux interprètes qui ont envouté et parfaitement séduit le public.           
Sihem Oubraham
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions