dimanche 23 juillet 2017 01:51:18

Création de 300 grandes surfaces commerciales : Une meilleure maîtrise des transactions

Le ministre du Commerce, Ahmed Saci, a annoncé cette semaine que les prévisions du gouvernement concernant son secteur tablaient sur la création de pas moins de 300 grands espaces commerciaux.

PUBLIE LE : 16-07-2017 | 0:00
D.R

Le ministre du Commerce, Ahmed Saci, a annoncé  cette semaine que les prévisions du gouvernement concernant son secteur tablaient sur la création de pas moins de 300 grands espaces commerciaux. Le ministre a précisé que ces surfaces seront sous forme d’ensembles de distribution et de commercialisation répartis un peu partout à travers le pays.
Le ministre a souligné que la réalisation de ces grandes surfaces permettra « une meilleure maîtrise des transactions commerciales ».  Toujours selon le ministre, cette forme d’organisation du commerce contribuera à la «réduction des transactions   commerciales illicites, l’amélioration de la qualité des produits et la maîtrise des prix des produits alimentaires» auxquels auront accès un grand nombre de citoyens, et non pas seulement ceux des grands villes du centre.  
M. Saci  a mis l’accent sur l’importance du vaste programme de réalisation des marchés de gros des fruits et légumes à l’échelle nationale, lui aussi contenu dans le plan du gouvernement, et qui a été conçu dans la perspective de mieux «gérer» la production agricole. A cet effet, il a appelé à l’intégration du secteur privé dans la réalisation de ces futures grandes surfaces pour « une meilleure maîtrise des transactions commerciales et donc, réduire par là le phénomène de l’informel qui coûte des milliards de préjudice commercial à l’Etat».  
Il est utile de noter qu’à ce jour, l’Algérie compte, dans la grande  distribution, neuf hypermarchés et 244 supermarchés. Un nombre très insuffisant, vu l’immensité du territoire et  l’importance de la population algérienne qui vient de dépasser la barre des 41 millions d’habitants, selon les dernières statistiques. Ceci d’autant que par rapport aux wilayas existant actuellement, l’Etat projette d’en augmenter le nombre à 58, d’ici la fin de l’année.
Le ministère du Commerce s’est lancé le défi d’instaurer une véritable chaîne de distribution  commerciale à travers le pays, composée entre autres d’hypermarchés et de super- marchés, comme cela se passe un peu partout dans le monde.
Dans les faits, l’option de revoir à la hausse le nombre des grandes surfaces commerciales suppose que  le ministère doit redoubler d’efforts et multiplier les actions  afin de sensibiliser les opérateurs économiques à l’effet de se lancer dans l’investissement dans ce créneau.
Cet investissement  est tributaire de l’accès facile au foncier et d’une célérité dans l’octroi des autorisations, une facilitation des démarches dont, entre autres, celles du livret foncier et du permis de construire.
Dans cette optique, l’Etat a déjà chargé les walis territoriaux de mettre en œuvre les nouvelles mesures concernant l’investissement créateur de  richesses. Le ministre de l’Intérieur et des  Collectivités locales, M. Noureddine Bedoui, a rencontré les responsables des collectivités locales à maintes reprises  lors de séminaires régionaux organisés depuis l’année 2016 sur la fiscalité locale en vue de les sensibiliser sur la question. Il s’agit pour le département ministériel du Commerce de se concerter avec les collectivités locales pour dégager des assiettes foncières susceptibles d’accueillir les projets d’hypermarchés au niveau des wilayas dans des zones adéquates,  a-t-on souligné dans ce contexte. C’est dans ce sens que des directives ont été données aux walis par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales.   
 L’autre programme ambitieux tracé dans les prospectives du secteur est celui consistant à la réalisation des marchés de gros de fruits et légumes à vocation nationale et régionale. Ce programme  a été confié à l’Entreprise publique de réalisation et de gestion des marchés de gros (Magros). Il prévoit la réalisation de huit marchés. Ces derniers seront implantés dans les wilayas d’Ain-Defla, Mascara, Sétif, Guelma, Ouargla, Djelfa, Biskra et Mila.
Le coût prévisionnel global de ces marchés, où doivent intervenir 43.000 personnes/jour, est estimé à 19,03 milliards de DA, financé sur crédit bancaire de la BADR pour une capacité totale de 3,6 millions de tonnes/an et un nombre d’emplois permanents à créer de 20.000 à 24.000.
L’examen de la situation de ces projets montre que deux wilayas ont atteint des taux de réalisation des travaux respectivement de 91% et de 97% pour les marchés de gros des wilayas de Sétif et d’Ain Defla.
 Autrement dit, ces marchés ne seraient pas tous exploités d’ici peu, ce qui incite à en construire d’autres. Ces marchés sont utiles et concourent dans le sens de l’expansion des quartiers des villes et des besoins de leurs populations.

Salima Ettouahria

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions