jeudi 21 septembre 2017 00:38:09

NOUVELLES D’oran

Les dirigeants et hauts fonctionnaires de 66 hôtels et 9 stations thermales relevant du groupe public HTT (hôtellerie, tourisme et thermalisme) ont participé à un séminaire national qui s’est récemment déroulé au village de vacances du complexe touristique Les Andalouses à Oran.

PUBLIE LE : 15-07-2017 | 0:00
D.R

Groupe public hôtellerie, tourisme et thermalisme
Modernisation   


Les dirigeants et hauts fonctionnaires de 66 hôtels et 9 stations thermales relevant du groupe public HTT (hôtellerie, tourisme et thermalisme) ont participé à un séminaire national qui s’est récemment déroulé au village de vacances du complexe touristique Les Andalouses à Oran.

«Il s’agit d’un double évènement. D’abord, c’est l’occasion de faire le point sur l’activité du groupe pour l’année 2016, tracer les perspectives de ses 17 filiales, ensuite situer les points forts et les insuffisances  de son bilan et faire des propositions et  corriger ce qui peut l’être  au niveau de la stratégie », a indiqué Mme Cherfi Leïla chargée du partenariat du groupe, lors d’un point de presse tenu en marge de la rencontre. A ce propos, la responsable a expliqué que la plupart des problèmes actuels exprimés résultent du fait qu’une bonne partie des unités relevant du groupe ont fermé soit partiellement soit complètement en raison des travaux de modernisation et rénovation. Elle a ajouté que ces efforts visant à rénover et à mettre à niveau ces structures,  ne peuvent contribuer réellement à améliorer la situation du secteur s’ils ne sont pas accompagnés d’un véritable travail de développement de la ressource humaine. « Il ne sert à rien si je modernise en l’absence d’une main-d’œuvre qualifiée et compétente », a-t-elle soutenu. Pour cette responsable « il est vrai que l’Algérie ne peut pas rivaliser avec certaines normes internationales en matière de tourisme, mais on peut rivaliser sur un autre plan. Nous avons nos propres traditions, une culture riche et un environnement socioculturel qu’il faut valoriser ».

Une station de thalassothérapie

Par ailleurs, le directeur général du complexe Les Andalouses, M. Behlouli Hacène, a annoncé l’ouverture en octobre prochain de la station de thalassothérapie dont les travaux ont atteint 75% d’avancement.   
«Actuellement nous sommes au stade de la décoration qui est assurée par les étudiants des beaux-arts. Parallèlement, nous sommes en train de former le personnel d’encadrement.
La formation est assurée par une compagnie étrangère (espagnole) et concerne les médecins, les kinésithérapeutes et les masseurs », a révélé le directeur général du complexe. Le montant de cet investissement est de 5 millions d’euros, a-t-il indiqué, avant d’expliquer que ce nouveau produit est le premier du genre existant en Algérie. « Nous avons les dernières technologies et les équipements allemands qui offrent à nos futurs clients une prise en charge moderne et performante ».
La future station propose à ses clients un protocole de 18 soins pour les femmes et 15 pour les hommes. Il n’est pas inutile de souligner que l’Etat a injecté un budget considérable pour  mettre en valeur l’investissement initial que représente ce complexe. Ainsi, les 400 chambres de l’hôtel et les 125 bungalows du complexe touristique ainsi que les 50 résidences ont été rénovés et modernisés. Idem pour les autres services à savoir, la cuisine, le restaurant et les espaces d’animation.
     A cela s’ajoute, l’effort financier mobilisé au profit du développement humain.
 


Remise à niveau d’anciennes infrastructures sportives  
Les entreprises de réalisation connues en décembre prochain

 

Les entreprises qui seront chargées de l’exécution des travaux d’aménagement et de mise à niveau des anciennes  infrastructures sportives qui vont accueillir les Jeux méditerranéens en 2021 seront connues en décembre 2017, a-t-on appris du directeur de la jeunesse, M. Badreddine Gharbi. Il a fait savoir que la procédure a été entamée, les bureaux d’études désignés, les cahiers des charges sont en cours d’élaboration et les avis d’appel d’offres seront lancés en septembre prochain. Quant au lancement des travaux de réalisation, il est prévu, à priori, en janvier 2018 après le déblocage du budget inscrit au profit de cette opération estimée à deux milliards de dinars, nous dit-on. Parmi les infrastructures concernées par les opérations de réhabilitation et de mise à jour, la piscine olympique du jardin communal, le club de tennis de St Hubert, le centre équestre Antar-Ibn Chadad d’Es-Sénia et le champ de tir de Bir El Djir. Concernant les autres infrastructures concernées par l’évènement des Jeux méditerranéens de 2021, le même responsable a indiqué que la première tranche du grand complexe olympique  qui comprend  le stade de football et le stade d’athlétisme est en voie d’achèvement. Quant à la deuxième tranche qui regroupe la salle omnisports et le complexe nautique, les travaux n’ont pas encore démarré, l’opération est en phase d’étude. Ainsi, ajoute-t-on, les travaux de la deuxième tranche devront être lancés prochainement, étant donné, que le marché a été validé après la levée de quelques  petites réserves. Pour les autres infrastructures en cours de réalisation, deux salles ont été réceptionnées cette semaine ; l’une se situe au quartier El Akid Lotfi, elle offre une capacité de 500 places, l’autre à Sidi El Bachir et dispose de 1.000 places. Ces deux salles sont destinées à accueillir de nombreuses compétitions, entre autres, l’escrime et le tennis de table. Le taux d’avancement des cinq salles omnisports restantes est de plus de 90%, elles seront opérationnelles prochainement. Par ailleurs et s’agissant du projet de réfection et de remise à niveau du grand palais des sports, sis dans le quartier appelé M’dina El Jdida, M. Gharbi Badreddine assure : « Nous attendons une enveloppe financière pour lancer les  travaux de réhabilitation du palais des sports dont l’estimation budgétaire avoisine les 400 millions de dinars ». Selon le même responsable les infrastructures dont dispose la capitale de l’Ouest suffisent largement pour accueillir les compétitions des 28 disciplines prévues dans cette   manifestation. A rappeler que l’ensemble des projets  ont été lancés dans le cadre de la mise en œuvre du plan quinquennal 2010-2014 avant même le dépôt de la candidature pour les Jeux méditerranéens de 2021. Dans ce cadre, une enveloppe financière de  5 milliards de dinars a été allouée à la wilaya  pour le lancement d’équipements sportifs destinés à la promotion du secteur, parmi lesquels le stade olympique d’Oran d’une capacité de 40.000 places, terrains de réplique, stade d’athlétisme, salle omnisports de 6.000 places, centre d’hébergement.
     A cela s’ajoute, le projet du village méditerranéen (Bir El Djir), réalisé actuellement à plus 70% avec une capacité actuelle de 4.000 lits qui devrait être portée à 20.000. Cette structure d’hébergement devrait accueillir 6.500 athlètes dont les premiers seront ceux des délégations sportives des pays qui participeront aux JM 2021.


salon international de la pêche et de l’aquaculture 
croissance durable et diversifiée


l  Accord de coopération entre la Chambre algérienne de pêche
et le Centre des conventions.

     Un accord de coopération a été signé, jeudi dernier à Oran, entre la Chambre algérienne de la pêche et de l’aquaculture et le Centre de conventions Ahmed Benahmed d’Oran, portant sur l’organisation du 7e Salon international de la pêche et de l’aquaculture, prévu du 9 au 12 novembre 2017. A cette occasion, le directeur général de la pêche, Taha Hamouche, a souligné que la 7e édition de ce Salon, placée sous le slogan «Pour une croissance durable et diversifiée de l’économie de la pêche et de l’aquaculture», verra la participation de professionnels, d’investisseurs, de représentants des banques, des compagnies d’assurances, des centres de recherche, des établissements de formation et de directions nationales et autres instances internationales. Des académiciens, des chercheurs et autres intervenants dans les secteurs de la pêche et de l’aquaculture débattront des perspectives de développement du secteur pour lui permettre de contribuer à assurer la sécurité alimentaire et du développement durable. Parmi les objectifs assignés à cette édition, qui jouit d’une réputation internationale, figurent le développement de l’aquaculture et renforcement des mécanismes d’une exploitation optimale des ressources halieutiques. La directrice du CCO, Mme Souad Cherchab, a souligné que la direction du centre œuvre à accompagner l’organisation d’évènements internationaux de haut niveau afin de faire d’Oran une destination privilégiée du tourisme des affaires. La place et l’importance d’une ville se mesurent par l’importance des manifestations qu’elle abrite, a-t-elle souligné. (APS)
 


éco-construction

Développer de nouveaux métiers


Le bureau régional (nord-africain) de l’organisation R20 MED basé à  Oran a organisé un atelier sur l’efficacité énergétique dans le bâtiment destiné en particulier aux enseignants-formateurs du secteur de la formation professionnelle.  L’objectif principal de cet atelier est d’encourager la mise en place de nouveaux métiers du bâtiment dédiés à l’éco construction à savoir l’isolation thermique dans le neuf, l’audit et la rénovation énergétiques, l’étanchéité de l’enveloppe, la ventilation contrôlée et l’architecture bioclimatique. Considéré comme l’un des plus grands consommateurs d’énergie du secteur économique, le secteur du bâtiment constitue un enjeu stratégique dans le domaine de la lutte contre le changement climatique et dans les efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre, aussi bien au niveau mondial qu’au niveau national « en Algérie, le secteur du bâtiment est responsable d’environ 40% de la consommation finale de l’énergie », indiquent les organisateurs de cet atelier qui estiment qu’« agir pour changer les modes de consommation, les pratiques et les comportements, est un défi majeur, si l’on tient compte de ces temps de crise et au regard aussi des engagements nationaux liés à la ratification par l’Algérie, en Octobre 2016, de l’Accord de Paris ».



Journée mondiale de don de sang
La police mobilisée


Comme chaque année et à l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang célébrée hier, les services de la sûreté de wilaya et en coordination avec les différents centres de transfusion sanguine à Oran ont organisé une campagne pour le don de sang de trois jours. Cette année, l’opération a vu la participation, pour la première fois, du centre de transfusion sanguine de l’hôpital régional de la sûreté nationale qui a été inauguré l’été de l’année dernière. Des policiers de différents grades ont participé à cette campagne, indique un communiqué de la cellule de communication de la sûreté de wilaya.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions