Après la victoire (III) : Retour à Médine

‘AbdAllâh ibn Abû Sarh, qui avait très tôt embrassé l’islam, transcrivait les versets du Coran révélés au Messager de Dieu.
PUBLIE LE : 27-06-2017 | 0:00

Par Mahmoud Hussein - 27e partie

‘AbdAllâh ibn Abû Sarh, qui avait très tôt embrassé l’islam, transcrivait les versets du Coran révélés au Messager de Dieu.

Il lui arrivait d’écrire : « Celui qui sait et qui entend », alors que le Messager de Dieu lui avait dicté « Celui qui entend et qui sait », ce qui n’empêchait pas ce dernier, lorsqu’il entendait réciter le verset, de l’agréer en disant :
– C'est ainsi qu’il a été révélé.
L'orgueil grisa alors ‘AbdAllâh ibn Sa‘d, qui dit :
– Muhammad ne sait pas ce qu’il dicte. Je transcris en son nom ce que je veux. Ce que j’ai transcrit m’a été révélé au même titre qu’à lui !
Il finit par abjurer l’islam et, fuyant Médine, alla s’établir à La Mecque, où il déclara aux Qurayshites :
– Muhammad était instruit par Ibn Qamta, un esclave chrétien. Lorsque je transcrivais en son nom, je modifiais ce que je voulais.
Jarîr raconte :
Nous nous trouvions devant la maison du Messager de Dieu, au milieu de la journée, lorsque nous vîmes venir à nous un groupe d’hommes, pieds nus, à peine vêtus et portant chacun un sabre. Ils étaient tous, ou presque tous, de Mudar. Les voyant dans un tel état de pauvreté, le Messager de Dieu ne cacha pas son émotion. Il rentra dans sa maison, puis en sortit après avoir ordonné à Bilâl d’appeler à la prière.
Il conduisit la prière, puis prononça le verset :
Humains, vénérez votre Seigneur, qui vous a conçus à partir d’un être unique, dont il a tiré l’épouse et qui, de ce couple, a fait naître en grand nombre des hommes et des femmes. Vénérez Dieu, que vous invoquez en le sollicitant, et respectez les liens du sang. Dieu vous tient en observation. (3)
Puis le Messager de Dieu prononça le verset :
Vous qui croyez, vénérez Dieu ! Que chacun considère ce qu’il a fait en prévision du lendemain. Vénérez Dieu ! Dieu est informé de vos actes. (4)
Et il ajouta :
– Que chacun d’entre vous donne une part de ce qu’il possède, que ce soit un dinar, un dirham, un couffin de dattes, ou même une seule datte...
Un Ansârî vint avec une bourse pleine. Il fut suivi par un grand nombre de gens, qui apportèrent ce qu’ils purent. Et l’on vit bientôt s’élever deux tas, l’un de vêtements et l’autre d’aliments, devant lesquels le visage du Messager de Dieu s’illumina de bonheur. Il dit :
– Celui qui en islam donne le bon exemple, reçoit le salaire qui lui revient, ainsi que le salaire de tous ceux qui auront suivi son exemple, sans pour autant priver ces derniers du salaire qui leur revient. Et celui qui en islam donne le mauvais exemple, portera le fardeau qui lui incombe, ainsi que le fardeau de tous ceux qui auront suivi son exemple, sans pour autant alléger le fardeau qui incombe à ces derniers.
Lorsque le Messager de Dieu avait fait construire la Mosquée de Qubâ’, le Très-Haut avait révélé :
Une mosquée fondée au premier jour sur la vénération de Dieu... Là se trouvent des hommes qui aiment à se purifier. Et Dieu aime ceux qui se purifient.
Le Messager de Dieu alla voir les musulmans dans la Mosquée de Qubâ’ et leur dit :
– Dieu vous a couverts d’éloges pour le rite de purification que vous observez dans cette Mosquée. Quel est ce rite ?
Ils répondirent :
– Nous ne faisons rien de plus que ce que nous avons vu faire à nos voisins juifs. Ils se lavent les fesses après leurs besoins. Nous les avons imités.


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com