dimanche 22 octobre 2017 18:11:53

ANDI : Les raisons d’investir

Le nouveau modèle de croissance place l’entreprise au cœur de la politique économique du gouvernement.

PUBLIE LE : 20-06-2017 | 0:00
D.R

Le nouveau modèle de croissance place l’entreprise au cœur de la politique économique du gouvernement. Les revendications sont légion, mais deux ont émergé de par leur importance : en finir avec certaines pratiques bureaucratiques, décentraliser l’administration. Autrement dit, restituer, comme le revendique l’Ugta, à l’entreprise ses titres de noblesse.
Pour Sidi Saïd, la nouvelle politique industrielle va marquer la fin du «tutorat» de l’Etat sur les entreprises publiques. A ce sujet, l’Agence nationale de développement de l’investissement a pris une série de mesures afin de faciliter et fructifier l’investissement. Il est, d’abord, question de l’allègement des charges sociales et salariales. D’importantes mesures en faveur des employeurs et maîtres artisans qui recrutent dans le cadre du dispositif d’aide à l’insertion professionnelle. Prise en charge par l’Etat de la quote-part patronale de sécurité sociale fixée à 7% de la rémunération brute. Il est aussi question de l’allègement des charges fiscales et incitations à l’investissement, de l’abattement de 15% de l’IBS pour les PME/PMI implantées dans les wilayas éligibles à l’aide du fonds des hauts plateaux, l’exonération temporaire de l’IBS pour une période de cinq années, à compter du début de leur activité au profit de sociétés de capital risque, ainsi que l’autorisation de dédouanement à l’importation de chaînes de production rénovées.
L’ANDI a également annoncé que les investissements réalisés, par les entreprises du secteur industriel, dans le domaine de la recherche-développement bénéficient, lors de la création d’un département recherche-développement. Il a été procédé aussi à la création de fonds d’investissements au niveau des wilayas chargées de participer au capital des PME, au renforcement du système de financement bancaire classique par le développement de la formule du leasing qui s’adresse aux PME-PMI, ainsi que la création de sociétés interbancaires de gestion d’actifs et de recouvrement de créances. A toutes ces mesures, s’ajoutent l’impératif de favoriser l’éclosion d’une dynamique d’investisseurs innovants et de porteurs de projets ambitieux pour faciliter la ré-industrialisation de l’Algérie. En effet, l’objectif principal de la politique nationale du développement économique est à double plan : relever le taux de participation du secteur industriel dans l’économie nationale et de faire émerger des entreprises viables et productives capables de se hisser à la hauteur des exigences de qualité et de coût des marché national et extérieur. Dans le plan d'action du gouvernement 2015-2019, est relevée la nécessité de parvenir à un taux de croissance considérable, notamment dans le secteur de l’industrie.
Le terrain de cette relance industrielle est balisé. Aux projets d’envergure dans l’automobile, avec tout récemment l’implantation de Volkswagen en Algérie, la sidérurgie, la pétrochimie, l’agroalimentaire, s’ajoutent le coup d’accélérateur de l’industrie militaire qui passera, en 2018, à l’exportation.
L’autre mesure qui s’impose a trait aux facilitations à accorder aux entreprises pour accéder au foncier industriel. A ce sujet, un vaste programme de réalisation de 42 parcs industriels à travers 34 wilayas en vue de désengorger la pression exercée sur ce type de foncier qui sera mis en œuvre.
        Fouad Irnatene
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions