lundi 23 octobre 2017 07:02:44

Relogement à Alger : 13.000 cas de fraude recensés

80 logements récupérés pour fausses déclarations

PUBLIE LE : 18-06-2017 | 0:00
D.R

Après un examen minutieux opéré sur les dizaines de milliers de dossiers de demandes de logement déposés, les commissions de recensement et de validation des demandes de logements sociaux participatifs des services de la wilaya d’Alger ont dénombré pas moins de 13.000 faux dossiers.  En effet, les documents présentés se sont avérés faux après vérification.  
Selon les services de la wilaya, un nombre important de demandeurs a été seulement exclu du programme de relogement, tandis que d’autres dossiers de contrevenants ont été transmis aux juridictions compétentes, et cela en fonction de la nature de l'infraction. «Certains d’entre eux ont été condamnés à une peine de prison ferme entre 18 et 24 mois, ainsi qu’à payer des amendes», ont affirmé  les services de la wilaya.
Il faut dire que la décision prise en 2014, par les pouvoirs publics, d’éradiquer l’habitat précaire et de tout mettre en œuvre pour permettre à Alger de devenir la première capitale continentale sans bidonville ont aiguisé l’appétit de certains, qui ont voulu profiter de l’aubaine. En effet, le lancement de l’opération  a permis, en l’espace de trois années, de procéder au relogement de 36.000 familles habitant les bidonvilles, caves, terrasses et haouchs.  
À partir de là, les demandes ont commencé à pleuvoir, ce qui a poussé les services de la  wilaya d’Alger à intensifier et À multiplier les contrôles. Depuis un certain temps, ces derniers ne cessent d’identifier les fraudeurs (falsification de documents administratifs, d’attestations, d’extraits d’état civil), dont le nombre ne fait qu’augmenter, selon les responsables.
Aussi, on apprend que 48.000 autre dossiers ont fait objet d’une enquête minutieuse, après que les autorités locales eurent suspecté que ces derniers ont déjà bénéficié, d’un logement, d’un lot de terrain ou de l’octroi d’une aide de l’État dans le cadre du droit au logement.
Mis à part les demandes rejetées, les dossiers transmis à la justice ont mis au jour le fait que 533 peines ont été prononcées à l’encontre des personnes faussaires.  215 personnes ont été condamnées à des amendes de 200.000 à  500.000 DA, en plus des 240 personnes condamnées à une peine de prison allant de deux à 6 mois, sans compter, bien sûr, le rejet de 943 dossiers ne remplissant pas les conditions de relogement.
La vérification du fichier national du logement a permis de débusquer plusieurs dizaines de dossiers dont les propriétaires ont bénéficié de logements AADL, des candidats qui sont propriétaires de logements, d’autres ayant bénéficié d’aides financières octroyées par l’État, sans oublier des titulaires de permis de construire.

80 logements récupérés  pour fausses déclarations

Pour ceux qui sont passés entre les mailles du filet et qui ont bénéficié d’un logement, le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, a révélé, dans sa dernière sortie médiatique, que les services de la wilaya d’Alger ont récupéré, depuis le début des opérations du relogement, en mai 2014, quelque 80 logements après avoir été distribués à leurs bénéficiaires, qui se sont avérés par la suite être auteurs de fausses déclarations.
Il a confié, dans ce sens, que les appartements ont été restitués par la force de la loi (décisions de justice), et assuré que les vérifications et autres contrôles de rigueur imposés pour la circonstance ont démontré que les bénéficiaires en question se sont rendus coupables de délits de fausses déclarations et de falsification de documents administratifs. «Il existe d’autres dossiers similaires qui sont toujours en justice. Nous serons sans pitié avec tous ceux qui veulent s’emparer des droits des autres», s’est-il engagé, révélant qu’au total, 2.000 dossiers ont été transmis à la justice, pour fraude.
Concernant les recours, il a fait état de plus de 1.500 requêtes qui ont été examinées en 3 ans, dont 780 sont fondées et ont permis à des familles d’avoir un logement, en attendant une centaine d’autres qui sont, semble-t-il, sur la bonne voie.
«Toute famille qui est dans son droit aura son logement. Il suffit juste de faire preuve de sagesse et de civisme, sans aller à l’anarchie et autres comportements qui nuisent au bon déroulement de l’opération. Celui qui s’estime lésé n’a qu’à apporter des documents justificatifs qui prouvent le contraire», s’est-il adressé en direction des contestataires des listes des bénéficiaires.
S’agissant de cette 22e opération, M. Zoukh a indiqué que le fichier national du logement a fait état de 3.222 postulants qui ont été soumis au contrôle, dont 226 ont fait l’objet de résultat positif et sont de facto exclus, du moins provisoirement, en attendant les recours.
«On compte 140 cas qui sont inscrits à l’AADL, 52 familles possèdent déjà un logement, alors que 28 d’entre elles ont bénéficié d’une aide de l’État, 4 familles ont des permis de construire et deux cas ayant postulé pour le logement promotionnel LPP», a-t-il fait savoir,
Quant aux logements de fonction relevant du secteur de l’Éducation nationale, le responsable de l’exécutif a affirmé que la wilaya d’Alger en a récupéré 600 unités.
     Sarah A. Benali Cherif

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions