dimanche 22 octobre 2017 21:49:16

Une première en Algérie : La chirurgie cardiaque mini invasive vidéoscopique réalisée à l’EHU d’Oran

Dans le cadre de la dynamique du développement et la modernisation de la prise en charge médicale dans laquelle s’est lancé l’établissement hospitalier universitaire 1er Novembre d’Oran, le service de chirurgie cardiaque a réussi, hier, à relever le défi de la chirurgie mini invasive la paroscopique avec deux interventions extrêmement délicates.

PUBLIE LE : 17-06-2017 | 0:00
D.R

Dans le cadre de la dynamique  du développement et la modernisation de la prise en charge médicale dans laquelle s’est lancé l’établissement hospitalier universitaire 1er Novembre d’Oran, le service de chirurgie cardiaque a réussi, hier, à relever le défi de la chirurgie mini invasive la paroscopique avec deux interventions extrêmement délicates. Une première en Algérie, annoncent les responsables de cet établissement hospitalier. En effet, l’équipe de la chirurgie cardiaque, à leur tête  le docteur Bouchnafa, assistée par le professeur français M. Coueteil ont pratiqué pour une première fois, deux interventions chirurgicales mini invasives à l’aide de la technique dite vidéoscopique. Il s’agit de changement de valves et la fermeture d’une communication inter-auriculaire. Il faut savoir que le rôle de la chirurgie la périscopique est ce qui est de plus révolutionnaire dans le domaine de la santé et des technologies actuelles eu égard à l’ensemble des avantages qu’elle procure sur plusieurs plans aux patients ainsi qu’aux pratiquants de la santé, à savoir le coût et la durées d’hospitalisation. C’est une technique qui se pratique sans ouverture ni fermeture traumatisante de la paroi, réduisant considérablement le temps opératoire. A retenir, en outre, que cette technique permet une meilleure précision de l’acte chirurgical en accomplissant le geste opératoire avec moins de douleurs postopératoires tout en minimisant au plus bas niveau les risques infectieux. Le volet social et psychologique n’est pas en reste des avantages de cette pratique, étant donné que cette dernière offre au  patient la possibilité de reprendre le cours de sa vie en un temps minime et ne lui laisse aucun complexe physique par rapport à la cicatrice classique traversant le long du thorax, qui est remplacée, grâce à la chirurgie mini invasive vidéoscopique, par une petite plaie esthétique à peine visible souvent au bas du sein, notamment pour les femmes. Grâce à cette nouveauté en chirurgie cardiaque, l’établissement hospitalier universitaire 1er Novembre d’Oran «veut affirmer encore une fois la place capitale qu’il concède au développement technologique des pratiques innovantes en médecine, notamment en chirurgie, en prodiguant cette technique dont le bénéfice pour le patient est nettement démontré», a-t-on indiqué.    Amel Saher

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions