jeudi 21 septembre 2017 11:33:28

Colloque sur le rite malékite : Pour La mise en place d’une institution supérieure du fikh

Les participants au treizième colloque sur le rite malékite ont appelé, hier à Aïn Defla, à la mise en place d’une institution supérieure du fikh malékite à laquelle échoira, notamment la mission d’enseignement et de diffusion de ce dogme.

PUBLIE LE : 18-05-2017 | 0:00
D.R

Au cours de la cérémonie de clôture de ce colloque de deux jours portant cette année sur le renouveau dans le rite malékite, les participants à   cette rencontre ont relevé l’importance d’exploiter les manifestations du renouveau de cette tendance afin de contribuer à l’effort visant à relever les défis auxquels fait face la société musulmane contemporaine.  
La nécessité d'encourager les projets visant le renouveau du rite malékite à travers la création d’institutions versées dans cette perspective a également été mise en évidence par les participants à cette manifestation scientifique, qui ont relevé l'importance de la mise en place de   passerelles avec les autres écoles du fikh musulman dans le cadre de la complémentarité entre les tendances. Les conférenciers ont également mis l'accent sur la nécessaire promotion   de la leçon de fikh en recourant aux méthodes éducatives modernes, relevant   l’importance de recourir aux moyens modernes de communication ainsi qu’aux réseaux sociaux pour la diffusion à grande échelle des préceptes de ce rite. Ils ont également plaidé pour la mise en place des contenus du fikh malékite et des manifestations attestant de son renouveau au niveau des   établissements d’enseignement tout palier confondus, estimant nécessaire le recours à ce legs. Ils ont par ailleurs relevé l'importance de la mise en place, lors du   prochain colloque, d’ateliers qui prendront en charge quelques aspects de la thématique débattue, jugeant que cette manifestation scientifique doit s’étaler sur 3 jours (et non pas 2) au regard de son cachet international et des nombreuses demandes de participation émanant aussi bien d’Algérie   que de l’étranger.  
La nécessité de la mise en place d’activités annexes au colloque, notamment au sein des mosquées et des établissements scientifiques et   culturels de la wilaya de Aïn Defla, mais aussi à l’échelle nationale, ont été mises en relief par les participants qui ont appelé à l’instauration   d’un prix récompensant les meilleurs recherches sur le rite malékite.
 Des prix et des attestations ont été remis par la wali de Aïn Defla, Benyoucef Azziz, aux conférenciers dont l'apport a été indéniable lors de ce colloque.  Lors de la séance inaugurale de ce colloque, le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aïssa, avait notamment indiqué qu’un groupement du fikh malékite allait être mis en place avant la fin de l'année 2017 dans le cadre des efforts visant à contrer les   agressions subies par le référent religieux national caractérisé par la modération et le juste milieu. D’essence académique, ce groupement, qui comportera des intellectuels et des chercheurs, travaillera en étroite collaboration avec les conseils scientifiques des directions des affaires religieuses du pays, a-t-il précisé. M. Aïssa s’est, par ailleurs, félicité que des universités étrangères se soient imprégnées de ce colloque pour le lancement de modules d’études, observant que cet état de fait traduit les efforts entrepris pour le  perfectionnement de cette rencontre depuis son lancement en 2005. Un projet de création d’une chaîne d’informations électronique par le   ministère des Affaires religieuses et des Wakfs est actuellement en phase de "mûrissement", a encore révélé le ministre, précisant qu’une fois opérationnelle, cette chaîne aura pour mission de couvrir les colloques et autres activités organisés par son département dans toutes les régions du pays.  En sus de cette mission, la future chaîne s’emploiera à montrer les spécificités du référent religieux national et de ses oulémas à travers les   différentes phases de l’histoire de l’Algérie, a-t-il fait remarquer.
 Outre les universitaires algériens, d'éminents théologiens, personnalités et invités de pays musulmans ont pris part à ce colloque organisé conjointement par la wilaya d'Aïn Defla et le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs. Il s'agit notamment de cheikh Ahmed Nour Seif, responsable du centre ''Rached'' des Emirats Arabes Unis, fondateur de ''Dar el Djamâa'' pour la réhabilitation du patrimoine et du cheikh Chawki Ibrahim Alaâ, mufti   d’Egypte.  (APS)

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions