jeudi 20 juillet 2017 21:26:21

Le coin du copiste : Réconciliation

De plus en plus, la réconciliation entre le livre et le lecteur est devenue irréversible et un devoir qui nous pousse à nous approcher davantage de ce média, notamment que l’Algérie est connue pour sa production littéraire rehaussée par des écrivains émérites distingués et ses belles plumes, que l’Algérie était et demeure le berceau de la culture maghrébine et ses repères romanesques et poétiques.

PUBLIE LE : 17-05-2017 | 0:00
D.R

De plus en plus, la réconciliation entre le livre et le lecteur est devenue irréversible et un devoir qui nous pousse à nous approcher davantage de ce média, notamment que l’Algérie est connue pour sa production littéraire rehaussée par des écrivains émérites distingués et ses belles plumes, que l’Algérie était et demeure le berceau de la culture maghrébine et ses repères romanesques et poétiques. Le discours du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, ne doit pas passer inaperçu chez nous. Il confirme une fois de plus que «la renaissance ou la  ENNAHDA» se fait certainement par la lecture en ne négligeant pas le moindre détail pour prendre connaissance du contenu d'un écrit, c’est pourquoi il est nécessaire de fortifier cette réconciliation entre la société et le livre, et d’inciter chaque individu à accéder au livre pertinent porteur de sens et de générosité par le traitement de différents thèmes comme l’histoire des nations.
Il faut aussi souligner même avec une certaine gêne, que selon certains enseignants universitaires, le manque d'engouement pour la lecture au sein de la famille et à l'école est dû à l'influence négative des médias, principale cause de ce manque d'engouement pour la lecture chez les Algériens, ce qui pousse par exemple l'étudiant qui arrive à l'université avec un niveau de lecture limité, car n'ayant lu que dans le cadre du programme scolaire. C’est pourquoi le manuel scolaire doit susciter chez nos élèves l’«envie» et la «curiosité» de consulter des livres au-dehors du programme scolaire, et ce n’est pas cela qui nous manque, notamment que le premier responsable du secteur de la Culture a tenu à préciser qu’au jour aujourd’hui, nous avons plus de 1.600 bibliothèques au niveau des 48 wilayas, sous la tutelle des pouvoirs publics, dont l’APC.
  Hamza Hichem
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions