samedi 22 septembre 2018 01:25:36

Sétif : Le Grand prix de littérature décerné à Azzedine Mihoubi

C'est à Azzedine Mihoubi, écrivain, poète et homme de culture reconnu, qu'est revenu cette année, le grand prix de la littérature décerné par le forum des intellectuels et journalistes dont le siège est implanté à Sétif.

PUBLIE LE : 09-04-2011 | 17:42
D.R

C'est à Azzedine Mihoubi, écrivain, poète et homme de culture reconnu, qu'est revenu cette année, le grand prix de la littérature décerné par le forum des intellectuels et journalistes dont le siège est implanté à Sétif. Cette cérémonie qui s'est tenue dans les salons de l'hôtel «El Hidhab» en présence de M. Zoukh Abdelkader, le wali de Sétif, du président de l'APW et de l'ensemble des autorités civiles et militaires de cette wilaya, a été marquée par la présence de nombreux hommes de culture, journalistes, représentants de la société civile et composantes du mouvement estudiantin, venus témoigner leur sympathie à cet homme, qui dès les premières années de sa jeunesse n'a jamais cessé d'écrire sa patrie et les valeurs d'un peuple conquérant. Auteur de plusieurs œuvres, poésies , opérettes et récits parmi lesquelles nous pouvons citer « Chems el Djeled », «Gal Echahid», «Sitifis», «Massinissa», Azzedine Mihoubi que voici dit au cours de cette émouvante cérémonie, émergeant un jour d'une agglomération de l'Algérie profonde, une cité sans eau ni électricité, se cherchera pourtant durant longtemps, de l'école coranique, à l'école des Beaux-Arts jusqu'à l'École nationale d'administration avant de se découvrir cette belle vocation qui lui vaudra tant de satisfactions. Celui qui écrira un jour «ma nation est plus grande que cette époque découvrant des hommes en l'homme qui relatera dans un magnifique décor de sons et de couleurs Mai 1945 au cœur de cette région où il a grandi et forgé son amour pour sa patrie et toutes les causes justes de ce monde, lançant un cri à la face du monde en écrivant Ghaza ou Sarayevo, méritait bien une telle distinction qui le replongea l'instant d' une émotion forte dans ce périple à la fois riche et varié. Une aventure tantôt déchirante de feu et de sang dans le verbe tranchant qui émergeait de l'authentique marche d'une Révolution glorieuse, tantôt rêvant, s'étalant jusque dans les lointains et chaudes cimes de «l'Assekrem» que Azzedine Mihoubi dessina d'une plume aux couleurs de l'Algérie riche et plurielle. Beau témoignage alors que celui que lui dédia la cité de Aïn Fouara, cette cité qu'il aime tant et au cœur de laquelle comme il le dit si bien à l'issue de cette cérémonie, il a grandi, forgé ses armes et volé de ses propres ailes vers un destin de fierté pour servir son pays. « Je suis un enfant du peuple et je le resterai toujours prêt à servir mon pays là où je serai, jusqu'à mon dernier souffle  dira t-il, quand il soulignera que Sétif n'était pas seulement la ville de la grande littérature mais aussi celle des grands défis, félicitant son ami Yazid Dib pour son dernier ouvrage «Le témoin obscur» et exhortant chacun à poursuivre cette belle dynamique de la culture. Tour à tour, Nabil Boussekine, le président du forum et Faycal Ghaines le président du jury, se relayeront pour dire le juste mérite de Azzedine cette année qui décroche cette distinction aux portes de Sétif de Mai du sang et de l'espoir, Sétif de son printemps culturel, Sétif fêtant déjà avec fierté le savoir de ses enfants, de tous ceux-la, de Cheikh el Bachir el Ibrahimi, Cheikh el Fodhil el Ourtilani, Hassene Belkhired et Ahmed, Benmaiza Saïd Zellagui, Mokhtar Chaalal pour ne citer que ceux-là qui ont donné ses lettres de noblesse à la cité de Aïn Fouara, cette cité de l'Aigle Noir que Azzedine Mihoubi n'oubliera pas de faire planer en inconditionnel qu'il fut aussi.
F. Z.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions