samedi 24 juin 2017 21:57:31

Mascara : Prévention et lutte contre les feux de forêt

À l’approche de la saison estivale, la lutte contre les feux de forêt se prépare par la mobilisation préventive des moyens d'intervention et sur une évaluation quotidienne et précise du risque.

PUBLIE LE : 20-04-2017 | 0:00
D.R

À l’approche de la saison estivale, la lutte contre les feux de forêt se prépare par la mobilisation préventive des moyens d'intervention et sur une évaluation quotidienne et précise du risque. L'efficacité du dispositif de lutte dépend, en grande partie, de la détection précoce des incendies et de l'engagement rapide des moyens d'intervention.

Ainsi, la mobilisation préventive des moyens est d'une extrême importance pour réduire le plus possible les délais d'action : hommes et matériels sont placés à titre préventif au plus près des zones sensibles pour réduire ces délais.
C’est ce qui a été annoncé au cours d’un atelier de travail qui a eu lieu au siège de la conservation des forêts de la wilaya de Mascara qui a abrité lundi dernier un important regroupement régional des conservations des forêts issus de onze wilayas  de l’Ouest.
Au cours de cette rencontre présidée par M. Benmessaoud Abdelghani,  directeur central par intérim à la Direction générale des forêts, et en présence des cadres du secteur, il  a été question de l’entretien de  la réserve de chasse de la mare d’eau d’Oggaz, une richesse naturelle de la wilaya, constituée par la flore et la faune et à laquelle une attention particulière est prêtée par les autorités locales.
Des exposés ayant trait aux différents dispositifs mis en place par les différentes conservations  ont été passées en revue par les intervenants des délégations qui ont assisté à cet atelier,  qui  a  lieu pour la première fois dans la cite de l’Émir, Mascara, eu égard au nombre réduit de feux déclarés dans la région, comme a tenu  à nous l’expliquer M. Lokmane, conservateur  des forêts de la wilaya de Mascara, considérée comme étant un modèle en matière de lutte contre les feux de forêts. Les rôles multiples de la forêt, qui ont varié au cours du temps, ont été également largement débattus  au cours de cette réunion, notamment le volet économique où la forêt est considérée à juste titre  comme étant une source de matière  première renouvelable, une réserve naturelle, stable. La forêt joue également un rôle de régulateur du climat, dans l’amélioration des sols ainsi que dans la conservation des espèces sauvages, animales et végétales et la protection contre l’érosion grâce au couvert végétal. Toutes les questions techniques ont été abordées, telles que l’intervention des services des forêts pour parer aux agents destructeurs variés  notamment en cette  période des incendies et des sécheresses, l’infestation d’insectes  qui tendent à évoluer sous l’effet d’activités humaines et des changements climatiques, ce qui rend par voie de conséquence les écosystèmes forestiers vulnérables aux attaques. Dans ce contexte, les participants ont mis à plat toutes les contraintes et difficultés auxquelles  ils font face dans leur intervention en milieu forestier.
Des recommandations ont été données par les exposants pour la protection  contre les menaces  naturelles comme le feu, les insectes et les maladies qui font partie intégrante de la dynamique forestière, ce qui peut mettre en péril le flux des biens et services procurés par les forêts en nuisant à la croissance et à la survie des arbres ainsi qu’à la qualité et au débit de l’eau et de la biodiversité, ont rappelé les intervenants  au cours du débat qui a suivi  les exposés présentés au cours de cet atelier régional des forêts. Des tableaux et des statistiques  chiffrées  dénotent de l’ampleur des menaces des feux de forêts dont les causes demeurent le plus souvent inconnues, compte tenu d’un certain nombre de facteurs propres et spécifiques à la survie  des forêts et des espèces végétales  dans les différents genres qu'occupe la forêt dans les différentes régions de l'Ouest algérien.
C'est à croire que les incendies ont décimé le couvert forestier algérien. Désormais il ne représente que 11% de la surface globale du pays. Le constat est inquiétant. A ce titre, les actions engagées par les pouvoirs publics pour la conservation et la gestion durable des forêts méritent aussi d’être renforcées pour faire face à des menaces causées par les changements climatiques, les feux de forêts et l’avancée du désert.
A. Ghomchi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions