mercredi 23 aot 2017 03:32:36

Journée mondiale des hémophiles : introduction du traitement prophylactique

La prise en charge des hémophiles a été au centre d’un débat fructueux et instructif à la faveur d’une rencontre organisée à l’hôtel Sofitel et ayant regroupé de nombreux médecins et spécialistes.

PUBLIE LE : 20-04-2017 | 0:00
D.R

La prise en charge des hémophiles a été au centre d’un débat fructueux et instructif à la faveur d’une rencontre organisée à l’hôtel Sofitel et ayant regroupé de nombreux médecins et spécialistes. Cette rencontre qui a été organisée a l’occasion de la journée mondiale des Hémophiles a été placée cette année sous le thème de « l’amélioration de la qualité de la prise en charge des hémophiles ». « Nous estimons que les patients atteints d’hémophilie ont droit au meilleur traitement possible », a affirmé le Professeur Smail Mesbah, directeur général de la prévention au ministère de la Santé, ajoutant que le ministère de la Santé a consacré un important budget à cette catégorie de patients.
Selon le Pr Mesbah, le montant alloué au budget qui leur est consacré a été multiplié par 10 ces 5 dernières années. « On est passé de 700 millions de DA en 2010 à 7 milliards de DA en 2016 », a-t-il dit.
Selon la fédération mondiale de l’hémophilie, il y a dans le monde près de 400.000 patients atteints d’hémophilie et près de 75% de ces malades ne reçoivent pas un traitement suffisant. « En Algérie, et selon les dernière statistiques, 2.362 cas ont été recensés et ils ont tous accès à un traitement gratuit », s’est-il félicité. Le responsable a annoncé, par la même occasion, qu’une nouvelle directive portant sur l’instauration officielle de la prophylaxie chez les enfants hémophiles est effective. « Désormais, tous les enfants atteints d’hémophilie sévère, n’ayant jamais fait d’événements hémorragiques et ceux qui l’ont fait une seule fois, seront mis sur un protocole de prophylaxie », a-t-il indiqué.
Ce protocole a été, d’après Pr Mesbah, élaboré par des experts algériens dans un cadre consensuel. Il consiste en l’injection de doses minimes de manière systématique et régulière conformément aux recommandations internationales.
Par ailleurs, il a fait savoir que le ministère de la Santé a préconisé depuis toujours des conditions de sécurité optimales pour accompagner les hémophiles dans leurs parcours de soin quotidien « des dispositions qui ont été prises pour sécuriser des actes chirurgicaux, les opérations de circoncision et la vaccination.»
De son côté, Mme Latifa Lamhène, présidente de l’Association nationale des hémophiles, a indiqué qu’en Algérie, la prise en charge des hémophiles s’est beaucoup améliorée par rapport aux années passées. Depuis quelque temps, « on a enregistré une nette amélioration dans le traitement de la pathologie. Les traitements nécessaires sont disponibles, et ils sont gratuits pour tout le monde, comme pour ceux qui sont sous prophylaxie, qui est un traitement préventif qu’on commence, chez l’enfant malade, à l’âge de deux ans ». Cependant, Mme Lamhène a regretté le manque d’infrastructures sanitaire dédiées à cette catégorie de patients, estimant que la prise en charge d’une hémophile doit répondre à certaines normes dans des centres spécialisés avec des équipes pluridisciplinaires. « Nous devrions avoir au moins un centre par région, ensuite un centre par CHU », a-t-elle dit. Evoquant le guide de prophylaxie chez l’enfant hémophile, elle a révélé que dès aujourd’hui il sera disponible dans toutes les directions de santé à travers le pays et que leur rôle en tant qu’association et de faire de la prévention afin d’éviter toute complication chez l’enfant hémophile  Pour rappel, l’hémophilie est un trouble de saignement et les personnes atteintes ne saignent pas plus vite que la normale, mais elles saignent plus longtemps, parce que leur sang ne contient pas assez de facteurs de coagulation. L’hémophilie est une maladie rare, environ une personne sur 10.000 naît hémophile. Le type d’hémophilie le plus commun s’appelle hémophilie A. Le sang d’une personne qui en est atteinte ne contient pas assez de facteurs de coagulation VIII (facteur huit). L’hémophilie B est un type d’hémophilie moins commun. Dans ce cas, le sang de la personne affectée ne contient pas assez de facteurs de coagulation IX (facteur neuf).
Sarah A. Benali Cherif

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions