dimanche 22 octobre 2017 18:10:24

Industrie pharmaceutique : L’Algérie, un modèle à suivre

Les efforts de l’Algérie dans le domaine de l’industrie pharmaceutique sont à saluer et constituent un bel exemple à suivre par les pays africains.

PUBLIE LE : 20-04-2017 | 0:00
Ph. Billal

Les efforts de l’Algérie dans le domaine de l’industrie pharmaceutique sont à saluer et constituent un bel exemple à suivre par les pays africains. C’est ce qu’a laissé entendre, hier à Alger, le président du bureau exécutif de l’Ordre des pharmaciens d’Afrique (IOPA), Kpéto Koundé Innocent, en marge d’une journée d’information sur le lancement du 18e forum pharmaceutique international, qui se tiendra les 14, 15 et 16 mai 2017, à Alger.

M. Koundé a déclaré : « L’Algérie couvre plus de 60% de ces besoins en médicaments et ceci est très important pour les pays africains, c’est une performance à encourager. Ceci s’accompagne d’une évolution technologique et d’amélioration de pratiques qui sont des valeurs recherchées.»
Selon lui, il y a encore des pays africains subsahariens qui sont encore au stade de consommateurs car l’essentiel des médicaments est importé. « Nous venons dans le nord partager avec nos confrères du Maghreb leur expérience réussie à travers le transfert de cette technologie pharmaceutique », a expliqué M. Koundé, avant d’ajouter : « L’Afrique a un secteur pharmaceutique en pleine extension face à la problématique du changement épidémiologique, on passe des maladies transmissibles à celles non transmissibles dans l’ensemble de nos pays. Le défi aujourd’hui est de pouvoir assurer une disponibilité efficace des produits de santé qui lutteront contre ces maladies et qu’ils soient accessibles à l’ensemble des populations africaines.»
Le président de l’IOPA a estimé qu’« il y a un problème de moyens et ressources investis dans le secteur de la santé d’où la nécessité de rendre accessibles les produits aux populations qui n’ont pas de revenus, de rendre les médicaments disponibles partout, à savoir, l’accessibilité géographique. L’autre défi qui est mondial aujourd’hui, c’est de veiller à ce que les médicaments soient de qualité et de lutter contre la contrefaçon de manière à préserver la santé des populations africaines.»
Dans ce sens, M. Koundé a indiqué que « nous avons intérêt à voir comment profiter de l’expérience des uns et des autres afin de développer un secteur pharmaceutique solide et qu’il puisse jouer son rôle initial qui est la santé.»
M. Koundé a expliqué que « l’accessibilité des médicaments est aussi financière. L’ensemble des Etats sont en train de travailler sur les politiques de couverture de santé universelle et là les pharmaciens ont un rôle à jouer et faire en sorte que la facture du médicament dans ce système ne soit pas trop lourde pour le système d’assurance. Les Etats doivent travailler pour améliorer le coût des médicaments.»
De son côté, le président du Conseil de l’Ordre des pharmaciens, Lotfi Benbahmed, a indiqué que « ce forum a une grande importance pour l’Algérie et les pays africains. Il a pour but l’amélioration de la gouvernance de la sphère pharmaceutique africaine et mondiale et le développement de l’industrie pharmaceutique africaine et de la coopération internationale.»
En marge de ces grands thèmes, seront également abordées les questions liées à l’éthique, la déontologie et la réglementation. Les exercices et qualification relatifs à la profession, la recherche biomédicale et les bonnes pratiques pharmaceutiques. L’amélioration de l’accès aux médicaments essentiels et aux innovations thérapeutiques. La qualité et de la fiabilité des médicaments et la promotion d’une utilisation rationnelle des médicaments.
M. Benbahmed a souligné que « cette rencontre verra la présence de plus de 3.000 professionnels du secteur de la santé et de l’industrie pharmaceutique dont environ 1.500 pharmaciens issus de l’Algérie, du continent africain et du monde entier.»
Ce forum a été créé par le conseil africain des ministres de la Santé à Yaoundé en 1999, sa première édition s’est tenue au Bénin en 2000 et la dernière édition s’est déroulée à Hammamet en Tunisie.
Il y a lieu de signaler que l’Algérie s’est fixée l’objectif de développer la production locale des médicaments et aussi d’encourager les partenariats dans le but d’atteindre ou même de dépasser le taux de 70% de fabrication locale.
Wassila Benhamed
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions