dimanche 30 avril 2017 04:06:08

Le Premier ministre évoque le printemps berbère : « Nous sommes tous des Amazighs »

«Grâce à la réconciliation nationale et à la révision de la Constitution, les questions de religion et d’identité sont définitivement libérées de la surenchère politicienne», a indique M. Sellal.

PUBLIE LE : 20-04-2017 | 0:00
D.R

De notre envoyé spécial : Karim Aoudia

«Grâce à la réconciliation nationale et à la révision de la Constitution, les questions de religion et d’identité sont définitivement libérées de la surenchère politicienne», a indique M. Sellal.

A partir d’Oran, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a saisi « le timing » de sa visite de travail et d’inspection à El-Bahia qui intervient à la veille de la célébration du Printemps berbère, correspondant au 20 avril, pour souligner avec insistance l’acquis indéniable de la constitutionnalisation de la langue amazighe. Cette visite, programmée au lendemain de la commémoration de Youm El-Ilm (journée du Savoir), a constitué en outre une occasion pour le Premier ministre de mettre en exergue l’efficience de la Charte pour la paix et la Réconciliation nationale, ce projet phare du Président de la République ayant consacré ses objectifs en termes de stabilité et d’unité nationale.
« A travers les objectifs atteints de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale et grâce aussi à la révision de la Constitution, il est certain que la politique judicieuse du Président de la République a permis de libérer définitivement les questions de la religion et de l’identité du champ de la surenchère politicienne », a en effet souligné M. Sellal lors de sa rencontre avec les représentants de la société civile d’Oran réunie à la salle de conférences Abdelhamid-Ben Badis. Mieux, poursuit encore le Premier ministre, ces deux constante réaffirmées dans la nouvelle loi fondamentale du pays sont, dit-il, « au centre d’une dynamique de recherche académique et scientifique à même de les promouvoir davantage et suivant la logique de défense de l’unité nationale et des intérêt de la nation ».
Pour M. Sellal, « la révision de la Constitution a consacré la justesse, mais aussi toute l’importance de préserver jalousement notre identité et notre unité nationale ». « Nous sommes tenus en tant qu’Etat à garantir cet objectif », a encore affirmé le Premier ministre. « Il suffit juste de consulter l’histoire de l’Algérie pour se convaincre à quel point notre vaillant peuple n’a jamais cessé, depuis des siècles, de défendre ses constantes nationales ainsi que les fondements de sa personnalité. En sus des sacrifices consentis dans la préservation de leur amazighité, leur appartenance à la religion musulmane et leur arabité, les Algériens sont attachés naturellement aux valeurs de tolérance et d’ouverture sur la culture universelle », a encore appuyé le Premier ministre dans ses propos devant les représentants de la société civile. « C’est que notre sens de la nationalité à nous les Algériens, appuie encore M. Sellal, n’a d’autre sens que celui de l’amour de la patrie sans nourrir d’aversion pour quiconque ». Il a ainsi mis en valeur « l’attachement des Algériens à une doctrine religieuse à la fois nationaliste, médiane et tolérante qui  constitue la façon idoine pour immuniser le pays contre les agissement des adeptes de la fitna et autres courants religieux nuisibles ».

La diversité culturelle une vraie richesse   

La diversité culturelle constitue en réalité la véritable richesse de l’Algérie, a encore soutenu le Premier ministre. « Que l’on soit chaoui, kabyle, issu de Béni Snouss où de l’Ahaggar, nous sommes tous des Amazighs déterminés à préserver notre identité et notre unité nationale quel qu’en soit le prix à payer », a ajouté M. Sellal. Ce sont bel et bien nos constantes nationales que sont l’arabité, l’amazighité et notre islam qui font de nous des « hommes libres ». Il a insisté sur le fait que « l’acquis de la paix et de la stabilité dont jouit l’Algérie ne devrait en aucun cas nous conduire à ignorer la gravité de certains agissements attentatoires à nos constantes nationales garantissant l’unité des Algériens et leur avenir commun ».
Il nous faut donc, appuie M. Sellal, « réaffirmer à chaque occasion notre attachement à nos fondements nationaux, et à cette occasion une participation massive aux prochaines législatives est la meilleure manière de consolider davantage notre stabilité et d’exprimer notre volonté de contribuer à la faveur du progrès du pays ». Par ailleurs, le Premier ministre a évoqué la « bataille de l’eau » remportée haut la main par l’Etat, sous la gouvernance éclairée du Président de la République. « A chaque fois que je visite Oran, il me revient en mémoire cette situation latente de pénurie d’eau datant de l’ère  coloniale, situation à laquelle le Président de la République a mis fin à travers un ambitieux programme de développement initié dans le domaine de la ressource hydrique », dira M. Sellal.
En effet, en dépit d’un sentiment de doute savamment entretenu par certains milieux de l’époque, « le rêve de voir la question du manque d’eau complètement résolue à Oran s’est bel et bien muée en réalité palpable ». « Le Président Bouteflika a tenu son engagement », dira-t-il encore, ajoutant que c’est grâce à la volonté du Chef de l’Etat « homme de la réconciliation et de la stabilité», que la capitale de l’Oranie s’est transformée en véritable pôle régional où est enclenché une véritable de développement tous azimuts. A ce propos, il convient de souligner que les indicateurs de développement à Oran sont révélateurs, à plus d’un titre de cette dynamique de développement local initiée dans la capitale de l’Ouest. En chiffres, les projets engagés à Oran depuis les 10 dernières années sont notifiés dans 1.119 opérations de programmes multisectoriels d’un montant global de 339,6 milliards de dinars.
Pour préserver ses acquis et consacrer d’autres, « il nous faut combattre ces courants de pensée qui non seulement versent dans la critique sans fondement, mais tentent aussi de pousser la société vers le pessimisme et la démission collective », a fait savoir le Premier ministre. « Nous ne voulons que du bien pour notre pays, et sous la gouvernance du Président de la République, nous œuvrons à bâtir l’Algérie du XXIe siècle, l’Algérie de l’après-pétrole, de la compétitivité et de la productivité économique, du progrès et du développement tous azimuts », a scandé M. Sellal.
Aujourd’hui encore, appuie-t-il « nous continuons à tendre la main pour agir ensemble dans la confiance et la sérénité et ce, pour que notre religion sacrée ne soit pas confondue avec le terrorisme, notre économie ne soit plus dépendante des importations et notre culture ne soit plus empreinte d’interprétations négatives.»
K. A.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions