dimanche 30 avril 2017 04:17:55

Une délégation du Front Polisario à Moscou : Large adhésion à la cause

Nathalie Arthaud exprime son soutien

PUBLIE LE : 19-04-2017 | 0:00
D.R

Des membres de partis politiques russes et de la Communauté des Etats indépendants (CEI) ont souligné la nécessité de permettre au peuple sahraoui, en lutte pour sa liberté, d'exercer son droit à l'autodétermination, a indiqué lundi à Moscou, le représentant du Front Polisario en Russie. Lors d'une rencontre à Moscou, en solidarité avec les peuples en lutte pour leurs droits légitimes, "les participants ont exprimé leur soutien au peuple sahraoui qui mène une lutte légitime pour la liberté et l'indépendance", a indiqué M. Ali Salem Mohamed Fadhel à l'APS. Animée par Mme Tatiana Desyatova, membre du Comité central du parti communiste russe et une des dirigeantes de l'Union des femmes russes, la rencontre s'est déroulée en présence de militants de ce parti, et des représentants de plusieurs pays dont le Yémen, la Palestine, le Sahara  occidental, la Syrie et le Liban. La cause sahraouie et celle de la Palestine ont été longuement évoquées par les participants qui se sont déclarés solidaires avec la lutte légitime que mènent les deux peuples, sahraouis et palestiniens, en vue de recouvrer leur liberté et leur indépendance. A cette occasion, le représentant sahraoui a présenté à l'auditoire un exposé sur la lutte que mène le peuple sahraoui, agrémenté par la diffusion d'un documentaire-photos sur la résistance des Sahraouis face à l'occupant marocain. Au terme de cette rencontre, un appel a été lancé en vue d'un large soutien au droit légitime des Sahraouis à l'autodétermination, et pour contraindre le Maroc à se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu. Ce dernier a été appelé, lui aussi, à fixer une date pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental.
Les participants ont appelé, en outre, à la nécessité de permettre la venue, dans la région, d'observateurs étrangers neutres, ainsi que la presse indépendante. Aussi ont-ils exigé la libération des prisonniers politiques sahraouis appelés "groupe de Gdeim Izik" poursuivis par la justice marocaine, ainsi que l'inscription dans l'agenda de la Minurso, d'un point relatif à la situation des droits de l'homme au Sahara occidental occupé. S'agissant de la question du Sahara occidental, Moscou prône un règlement fondé sur les résolutions de l'ONU. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhail Bogdanov, avait  souligné, en mars dernier à Moscou, la nécessité d'"intensifier les efforts coordonnés de la communauté internationale en vue de parvenir à un règlement équitable" à la question du Sahara occidental. En effet, au cours d'une rencontre, avec une délégation du Front Polisario en visite à Moscou, conduite par Mhamed Khaddad, le coordonnateur sahraoui avec la Mission des Nations unies pour l'organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso), la partie russe avait mis l'accent sur "l'immuabilité de la position de la Russie, fondée sur la nécessité de trouver une solution politique mutuellement acceptable à ce problème de longue date, sur la base des résolutions pertinentes des Nations unies".  

Nathalie Arthaud exprime son soutien

La candidate du parti Lutte Ouvrière à l’élection présidentielle française, Nathalie Arthaud, a exprimé son soutien à l’autodétermination du peuple sahraoui, soutenant la rupture de tout accord militaire avec le Maroc. Je me prononce, comme l’a toujours fait mon parti Lutte Ouvrière, pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, et donc en particulier pour celui du peuple sahraoui. J’affirme, comme l’a toujours fait Lutte Ouvrière, ma solidarité avec sa lutte pour la reconnaissance de ses droits, a-t-elle écrit dans une lettre adressée à l’Associations des amis de la République arabe sahraouie démocratique (AARASD). Elle a réclamé, dans sa réponse à la demande de l’AARASD de clarifier sa position vis-à-vis de la question du Sahara occidental, la reconnaissance  effective  du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination,  à commencer par la mise en œuvre des résolutions de l’ONU jusqu’à présent restées lettre morte, pour que les droits et libertés d’information, d’association, de manifestation et de circulation soient reconnus sans restriction à la  population sahraouie sur son territoire. Pour elle, le peuple sahraoui devra avoir le  plein contrôle  de l’exploitation de ses ressources, appelant à cette occasion le  démantèlement du  mur de séparation érigé par le Maroc sur le territoire sahraoui. La candidate à la présidentielle, dont le premier tour est prévu dimanche, est favorable pour rompre tout accord de coopération militaire avec  l’actuel gouvernement marocain. En Afrique, je suis pour rompre avec la politique des gouvernements français qui contribuent à l’exploitation des peuples de la région par les trusts impérialistes, français en premier lieu, et par leurs alliés locaux, y compris souvent en recourant à l’intervention militaire directe, je suis pour rompre tout accord de coopération militaire avec l’actuel gouvernement marocain, a-t-elle précisé, affirmant qu’un pouvoir des travailleurs établi en France chercherait à développer une coopération fraternelle avec tous les autres peuples, en particulier avec les peuples du Maghreb qui, après avoir été longtemps victimes du colonialisme français, continuent  aujourd’hui à subir l’exploitation des grandes sociétés capitalistes  occidentales.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions