mercredi 23 aot 2017 03:32:27

Référendum constitutionnel en Turquie : Trump félicite Erdogan l’Europe se crispe

Le Président américain Donald Trump a félicité, lundi par téléphone, son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, pour sa victoire au référendum sur un accroissement de ses prérogatives, a indiqué la Maison-Blanche, lundi soir.

PUBLIE LE : 19-04-2017 | 0:00
D.R

Le Président américain Donald Trump a félicité, lundi par téléphone, son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, pour sa victoire au référendum sur un accroissement de ses prérogatives, a indiqué la Maison-Blanche, lundi soir.  

Selon le compte-rendu de l'appel diffusé par l'exécutif américain, M. Trump n'a émis aucune réserve sur le déroulement du scrutin, remporté d'une courte tête par le président turc, avec un peu plus de 51% des suffrages. Quelques heures plus tôt, le département d'État américain avait par contre pris note des inquiétudes exprimées par les observateurs de l'OSCE, mettant en particulier en exergue les «irrégularités» observées le jour du scrutin. S'il n'avait pas remis en cause les résultats de cette consultation, il avait exhorté, par la voix de son porte-parole, les dirigeants turcs à respecter l'opposition et la liberté d'expression. L'Europe a fait la fine bouche devant cette victoire. M. Erdogan a en tout cas rejeté par avance tout rapport critique qui pourrait venir des Européens. «Nous ne voyons et nous ne tenons pas compte de tout rapport que vous pourriez préparer», a-t-il lancé à ses supporters. Le chef de la diplomatie turque a de son côté jugé les conclusions des observateurs «biaisées» et «inacceptables». Les deux principaux partis d'opposition, le CHP (social-démocrate) et le HDP (pro-kurde), sont eux allés plus loin que les Européens dans leurs critiques, dénonçant des «manipulations» pendant le scrutin. Et ils ont annoncé leur intention de demander le recomptage des voix. M. Erdogan a adopté un ton ferme à l'égard de l'Union européenne, évoquant l'organisation d'un référendum pour décider de poursuivre ou non les négociations d'adhésion de la Turquie. «Ils nous font attendre à la porte de l'Union européenne depuis 54 ans, n'est-ce pas ? (...) Nous pourrons aller au-devant de notre peuple, et nous obéirons à sa décision», a lancé M. Erdogan, sans avancer de date pour une éventuelle initiative de ce type. La veille, il avait déjà lancé l'idée d'un référendum sur le rétablissement de la peine de mort. Paris a averti lundi qu'une telle mesure provoquerait une «rupture» avec l'Europe. «L'Union européenne menace de geler les négociations. À vrai dire, ce n'est pas très important pour nous. Qu'ils nous communiquent leur décision !» a  ajouté M. Erdogan. Les relations entre Ankara et l'UE se sont fortement tendues, ces derniers mois.                
M. T. et Agences
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions