vendredi 20 octobre 2017 13:26:18

Nouvelles de Béjaïa, Manque d’espaces verts, d’éclairage, insalubrité, routes dégradées… : Constat amer

Face au constat amer établi par le wali sur l’état de dégradation que connaît la ville de Béjaïa, chef-lieu de la wilaya, avec sa façade hideuse, insalubrité, dégradation des routes et trottoirs, manque d’éclairage public, absence d’espaces vert dans les cités et tous ces chantiers qui ne voient pas le bout du tunnel, une série de mesures ont été prises, lors d’une réunion de travail qui a regroupé le chef de daïra, le président de l’APC de Béjaïa, les présidents des commissions de la commune et les directeurs de l’exécutif de wilaya.

PUBLIE LE : 05-04-2017 | 0:00
D.R

Page animée par  Mustapha LAOUER

Face au constat amer établi par le wali sur l’état de dégradation que connaît la ville de Béjaïa, chef-lieu de la wilaya, avec sa façade hideuse, insalubrité, dégradation des routes et trottoirs, manque d’éclairage public, absence d’espaces vert dans les cités et tous ces chantiers qui ne voient pas le bout du tunnel, une série de mesures ont été prises, lors d’une réunion de travail qui a regroupé le chef de daïra, le président de l’APC de Béjaïa, les présidents des commissions de la commune et les directeurs de l’exécutif de wilaya.

En décidant de faire de Béjaïa, une ville attrayante, le wali a présenté le contenu du programme de développement local, ainsi que la modernisation envisagée au profit du chef-lieu de la wilaya.
Ce programme repose sur une feuille de route, dont un Plan vert englobant toutes les actions liées à la réhabilitation et l’aménagement des espaces verts, le Plan vert concerne la promenade de la brise de mer, la réhabilitation du lac de Mezzaïa et des jardins publics, ainsi que l’aménagement du parc national de Gouraya. Lors de cette réunion de travail, le wali a donné des idées pour l’aménagement de ce site par l’Entreprise portuaire de Béjaïa qui gère actuellement les lieux en réalisant une aire de promenade familiale digne de ce nom au niveau de ce lieu très fréquenté par les familles et les visiteurs de tous les coins du pays qui viennent admirer cet endroit magnifique avec son port de pêche. Un jardin des eaux avec un éclairage adéquat par l’utilisation de LED sera implanté par l’entreprise EPB qui fera appel à des professionnels en la matière. Pour redonner a Béjaïa, sa véritable «Bougie–Ville éclairée», le wali a prévu un Plan lumière que l’APC sera chargée de concrétiser, par la réalisation d’un éclairage d’ambiance. Les sites historiques sont déjà recensés, comme La Casbah, le musée de Bordj-Moussa et le fort de Yemma Gouraya. Le Plan lumière comprend également l’éclairage d’ambiance des édifices publics comme le TRB, la Poste, la résidence d’hôtes de la wilaya... Les travaux seront entamés dès cette semaine.
Le wali a instruit les responsables locaux pour entamer dans l’immédiat toutes les actions prévues en arrêtant d’ores et déjà un échéancier afin d’avoir une visibilité du projet ; le mois de juin a été donné comme date butoir à ne pas dépasser pour l’achèvement des projets. Pour être au rendez-vous fixé, à savoir le début de la période estivale, le wali a entamé une série de visites de chantier dans les différents quartiers de la ville et dont certains souffrent d’un grand retard dans leur achèvement.
Des instructions fermes ont été données au président de l’APC de sur la nécessité de remise en état de la route endommagée suite aux travaux de réalisation du réseau des eaux usées du quartier Naceria. Pour M. Hattab, le bâclage et le laisser-aller dans les projets seront bannis, place à la qualité des travaux et à la rapidité dans l’intervention. Efficacité, respect des délais et bonne organisation des chantiers sont les principales exigences du wali. Dans le cadre de l’opération d’embellissement de la ville, le wali a instruit le directeur de l’urbanisme afin de réaménager les trottoirs, y aménager des espaces verts et fontaines sèches. De même qu’il faudrait procéder à l’habillage de la station d’épuration lancée au niveau de Bir Essalem, vu que l’endroit choisi n’est pas adéquat. En visitant le projet d’école primaire à la cité Boudjeloud, dont les travaux sont à l’arrêt, le wali a ordonné au chef de daïra et au président d’APC de reprendre dans l’immédiat les travaux et de mettre en demeure les responsables du blocage au niveau de l’APC. La même instruction a été donnée aussi pour lancer au plus vite les travaux pour l’éclairage du nouveau stade réalisé en gazon synthétique, au stade Benallouache. Des mesures urgentes sont prises pour le problème de l’oued Salamon qui traverse la cité Ihaddadene et celui situé à proximité de l’université Targua-Ouzemour et du marché hebdomadaire EDIMCO, qui reçoivent les rejets des eaux usées des quartiers périphériques et sont transformés en décharges à ciel ouvert. Ces sites seront nettoyés et sécurisés pour les usagers de la route, et la direction de l’hydraulique interviendra pour réaliser des travaux de bétonnage.

------------------/////////////////////

Barbacha
Le gazon artificiel pour le terrain communal

 Le wali a effectué une visite de travail dans la daïra de Barbacha où il s’est enquis de l’avancement des projets en cours, dont le raccordement de la commune, en eau potable à partir du barrage de Tichi Haff. Une opération qui va nettement améliorer le taux de raccordement en AEP des deux communes Kendira et Barbacha, qui seront totalement desservies d’ici le début de la saison estivale, a souligné le wali en inspectant le chantier du projet de raccordements des localités de la zone de Khellil, à savoir les villages Khellil, Tala, Tamricht, Bellouta, Ouendadja, Ighil Larbaâ, Takliet, Aït Aïssa et Azrou Ouzemour.
Ce chantier, qui connaît un taux d’avancement de 75%, a été inscrit en 2013, mais les travaux n’ont démarré qu’en novembre 2014 pour une livraison dans 30 mois. Le wali a insisté auprès de l’entreprise de réalisation d’achever le projet au mois de juin prochain, début de la période estivale. Poursuivant sa tournée, il s’est rendu sur le chantier du projet de rénovation et modernisation de la route nationale no 75 sur 17 km de Barbacha vers Sétif, un axe routier très important qui permettra de désengorger la RN9 via les gorges de Kherrata qui connaît d’immenses embouteillages. Les travaux de la RN75 sont achevés, et il reste à mettre en place la signalisation horizontale.
Le wali a instruit le directeur de l’énergie afin d’achever les travaux entamés pour la traversée du gaz. Le projet de glissement de terrain au niveau du chemin communal menant vers Khellil et Ouendadja, a été également inspecté. L’APC avait lancé l’étude du glissement où plusieurs variantes ont été proposées. Une fiche technique a été élaborée, et l’avis d’appel d’offres est lancé, en attendant de trouver son financement.
Le wali a rappelé avoir défendu ce dossier auprès du ministère des Travaux publics en rassurant les citoyens de cette région venus nombreux pour lui faire part de leurs inquiétudes. M. Hattab, qui a accordé sur place une enveloppe de 38 millions de DA pour l’aménagement de cette route, a vivement condamné les actions de protestation des citoyens de cette localité qui ont eu recours à la fermeture de la daïra pour revendiquer ce projet déjà pris en charge. «Cette visite a été programmée il y a longtemps, contrairement à ce que l’on peut penser, les citoyens doivent faire preuve de plus de sagesse et de patience. S’il y a eu auparavant de fausses promesses, ce ne sera pas le cas dorénavant, car il faut privilégier un langage transparent avec les citoyens, et ceux-ci vont être associés au choix des projets de développement à l’avenir», a déclaré M. Hattab. En visitant le stade communal de Barbacha, le wali, qui a rencontré sur place des jeunes footballeurs, a annoncé que le terrain de cette infrastructure sportive sera prochainement couvert de gazon artificiel, une opération qui sera généralisée à tous les terrains des chefs-lieux de commune. Le wali s’est rendu également dans la commune de Kendira où il a visité l’école primaire El-Mardj et le centre de santé de Tizi Tanjit, avant d’écouter un exposé sur la situation de raccordement au gaz naturel des communes de la daïra de Barbacha.

------------------/////////////////////

Enseignement professionnel
10.039   stagiaires en formation  
Le secteur de la formation et de l’enseignement professionnels dispose d’une capacité totale de 8.350 postes pédagogiques et 1.400 lits d’internat répartis entre deux instituts (INSFP) (Béjaïa et Sidi Aïch) d’une capacité pédagogique de 1300 places et 280 lits en internat, 26 centres de formations (CFPA) d’une capacité totale de 6.650 places pédagogiques et 1.120 lits en internats et 4 annexes de CFPA d’une capacité 400 places pédagogiques. Par ailleurs, le secteur compte 25 établissements privés de formation professionnelle d’une capacité de 1.509 places pédagogiques.
Des sections détachées sont également ouvertes en coordination avec les autorités locales et le mouvement associatif dès que le besoin est exprimé. L’effectif en formation est de 18.781 apprenants répartis entre les formations diplômantes avec 14.396 apprenants et les formations qualifiantes avec 4.385 stagiaires. Pour répondre à la forte demande de candidats de la troisième année secondaire, le secteur a procédé à l’ouverture de 56 sections détachées de techniciens supérieur au niveau des CFPA pour 1.126 stagiaires. La formation dans Les branches prioritaires concerne surtout les métiers de tourisme et artisanat avec 1.219 stagiaires, les métiers de bâtiments avec 2.918 apprenants et les métiers de l’industrie avec 3.863 apprenants. Pour la rentrée de février 2017, le secteur a pris en compte les évolutions de la nomenclature des spécialités, les besoins en compétences émanant des secteurs économiques et sociaux, et, bien évidement, en fonction des moyens existant dans le secteur. Le secteur doit en effet s’adapter aux besoins des secteurs stratégiques suivant les spécificités de la wilaya, surtout pour l’industrie, le bâtiment, le tourisme et l’agriculture. À travers cette nouvelle vision de formation adéquate aux besoins économiques et sociaux locaux, le secteur a lancé 51 spécialités réparties sur 14 branches professionnelles, avec 2.950 postes offerts, dont 175 postes pédagogiques en milieu rural et 350 postes en formation passerelle. En apprentissage, 109 spécialités seront enseignées à travers 20 branches professionnelles avec 3.260 postes offerts. Les métiers manuels prioritaires constituent plus de 84 spécialités dans ce mode de formation.
Cela dit, le secteur s’étend à travers plusieurs formations dans différents métiers au profit des partenaires socio-économiques. Les formations programmées pour cette session (février 2017) touchent les métiers de tourisme et artisanat, avec un effectif de 1.530 stagiaires, les métiers de l’agriculture pour 980 stagiaires, les métiers de bâtiments pour 1.730 apprenants et les métiers de l’industrie pour un effectif de 2.895 stagiaires. Ainsi, l’offre globale de la session de février 2017 est estimée à 10.039 postes pédagogiques, à savoir 6.572 en formation diplômante et 3.467 en formation qualifiante.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions