vendredi 22 novembre 2019 17:28:49

Quand des banques françaises financent les colonies israéliennes

« Les liaisons dangereuses des banques et assurances françaises avec la colonisation israélienne », c’est le titre du rapport publié hier, par une dizaine d’organisations qui révèle comment BNP-Paribas, Société Générale, Crédit Agricole (et sa filiale LCL), BPCE (et sa filiale Natixis), et AXA soutiennent, à travers d’astucieux montages financiers, la politique d’annexion d’Israël de terres appartenant à des Palestiniens.

PUBLIE LE : 30-03-2017 | 0:00
D.R

« Les liaisons dangereuses des banques et assurances françaises avec la colonisation israélienne », c’est le titre du rapport publié hier, par une dizaine d’organisations qui révèle comment BNP-Paribas, Société Générale, Crédit Agricole (et sa filiale LCL), BPCE (et sa filiale Natixis), et AXA soutiennent, à travers d’astucieux montages financiers, la politique d’annexion d’Israël de terres appartenant à des Palestiniens. Les cinq grands groupes français gèrent ainsi des « participations financières » ou « détiennent des actions » dans des banques israéliennes, qui constituent un « outil essentiel de la politique de colonisation » en « finançant les constructions » note ce rapport qui s’ajoute à la longue liste de ces scandales qui illustrent, encore une fois, « cette responsabilité historique de l’Occident et de la France vis-à vis d’Israël pour assurer sa pérennité et sa sécurité » comme l’a reconnu cette semaine Benoit Hamon, candidat à l’élection présidentielle en France. Quel poids et quelle crédibilité au Conseil de sécurité quand ses injonctions concernant ce pays sont contrées par le véto systématique d’un de ses membres ? Le 23 décembre 2016, la résolution 23341, a exigé d’Israël « qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités de peuplement dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est ». Ceci ne l’a point freiné, bien au contraire, l’arrivée de Trump à la Maison-Blanche a été considérée par Israël comme une opportunité a saisir pour intensifier sa politique de colonisation. Ces milliers de logements qui sont en train d’exterminer le peuple palestinien en effaçant sur le sol toutes traces généalogiques demandent des capitaux considérables. Voilà comment ces banques françaises font des affaires avec les Israéliens dans les territoires occupés en toute connaissance de cause. « Chacune de ces sociétés détiennent plusieurs participations minoritaires, de manière directe ou indirecte, dans des banques ou entreprises actives dans les colonies israéliennes ». L’implication directe d’Alstom dans des grands projets d’infrastructures dans les colonies israéliennes est plus que problématique. Ce rapport recommande aux banques françaises de retirer tout financement, direct ou indirect, des banques et entreprises israéliennes qui contribuent au développement des colonies et de s’engager publiquement à ne plus financer ces entités et demande à l’État français de respecter ses obligations internationales, notamment celles résultant de violations de normes impératives du droit international par Israël et celles de protéger, respecter et mettre en œuvre les droits humains et de prendre toutes les mesures pour prévenir toute participation ou investissement des entreprises françaises qui contribuerait à la colonisation israélienne.                
Mohamed Koursi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions