dimanche 22 octobre 2017 18:15:50

Dans la LUCARNE : Tous titulaires

Depuis cette saison, l’effectif des clubs d’élite est passé de 22 à 27 comme cela a été entériné par la dernière AGO de la LFP de Mahfoud Kerbadj.

PUBLIE LE : 21-03-2017 | 0:00
D.R

Depuis cette saison, l’effectif des clubs d’élite est passé de 22 à 27 comme cela a été entériné par la dernière AGO de la LFP de Mahfoud Kerbadj. On avait argumenté cela par le fait qu’elle permettrait à ces clubs d’avoir plus de chances de faire tourner leurs joueurs pour réussir leurs rencontres en Championnat national. D’autres raisons sont avancées, mais… C'est essayer de justifier «l’injustifiable», sachant qu’on avait 27 joueurs par clubs et on a tout mis en œuvre pour revenir à 22 estimant que sur le plan de la charge salariale, on baisserait de manière conséquente les coûts. On savait, notamment pour les initiés, qu’on allait plutôt créer pas mal de problèmes. C'est-à-dire qu’en augmentant le nombre à 27, on va contribuer, directement ou indirectement, à exacerber les problèmes au sein de d’une équipe. Comme chacun sait les joueurs qui sont régulièrement alignés dans une équipe sont mieux vus que ceux qui font banquette, c’est même une lapalissade ! On le remarque aussi ailleurs que chez nous, dans les clubs comme le Real ou le Barça, les mieux suivis de par le monde. Un joueur comme Messi ou Cristiano, s’il est mis sur le banc de touche, l’entraîneur ne va pas passer une nuit bien tranquille, qui sera très agitée presque un supplice moral à en perdre toutes ses capacités physico-mentales. Et parfois, même si on les fait jouer, ils n’acceptent jamais d’être remplacés. Ces derniers estiment qu’il s’agit carrément « d’un crime de lèse-majesté «. Luis Enrique et Zinedine Zidane, respectivement coach du Barça et du Real ont droit aux gâteries de leurs stars mondiales. C’est vrai que la comparaison est un peu osée, mais…
Chez nous, ce phénomène est en train de devenir une mode, presque un réflexe en fonction de la personne. Nos joueurs aussi dans notre Championnat national montent au créneau pour exiger une place au sein du club. Ils sont tous concernés, aussi bien ceux qui évoluent dans le palier supérieur qu’inférieur. Les 27 joueurs veulent jouer tous en même temps, alors qu’ils savent très bien que l’équipe ne peut aligner que onze joueurs lors d’un match officiel et le coach ne peut utiliser comme 3 remplaçants par match. C’est l’international Board qui le dit, puisque c’est elle qui fait et avalise les règlements en vigueur dans le football international. Malgré cette évidence manifeste, nos joueurs sont si impatients de jouer comme titulaires qu’ils en viennent parfois aux mains avec leur coach respectif, comme cela a été le cas lors du match de la CAF entre l’équipe ghanéenne de Bechem et le MCA à Accra. Mokdad a eu une altercation assez musclée avec Mouassa son entraîneur. D’autres cas aussi de sauts d’humeur sont à déplorer entre joueurs et leur technicien du fait que tous les joueurs veulent jouer afin que leur côte augmente et soit remarqués par d’autres clubs. Là, ils pourraient négocier en position de force, c’est du moins ce qu’il pense. Des « étincelles « peuvent jaillir à tout moment au sein de nos clubs, même dans ceux qui jouent, soit disant, les premiers rôles. Des joueurs de l’ESS comme Bouchar, Lamri et Laâroussi sont sur le point de passer devant le Conseil de discipline du club pour avoir montré manifestement des signes de mécontentement envers leur entraîneur, Kheireddine Madoui, qui ne les fait pas jouer du moment que son équipe rentrante lui donne satisfaction jusqu’ici. Comme on a tendance à le dire, ils ne rentrent pas dans son schéma tactique. Lorsque le coach utilise la méthode de la concurrence entre joueurs, personne n’y peut rien ; en fin du compte, il reste l’unique responsable si les résultats techniques du club chutent subitement. L’ESS est aujourd’hui à la cime, mais…
En définitive, le changement des effectifs de nos clubs n’a fait que compliquer les choses ; les changements intempestifs ne peuvent que rendre les choses plus compliquées, c’est ce qu’on est en train de vivre actuellement.
C’est vraiment dommage !
 Hamid Gharbi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions