mercredi 26 avril 2017 18:43:39

Législatives du 4 Mai : Les partis en précampagne

Alors que l’opération des recours juridiques a commencé, plusieurs noms et listes de candidature ont été rejetés de la course aux prochaines législatives du 4 mai, en raison des fautes et erreurs qui ont dû survenir dans le choix des candidats représentants des partis politiques mais également des indépendants.

PUBLIE LE : 19-03-2017 | 0:00
D.R

Alors que l’opération des recours juridiques a commencé, plusieurs noms et listes de candidature ont été rejetés de la course aux prochaines législatives du 4 mai, en raison des fautes et erreurs qui ont dû survenir dans le choix des candidats représentants des partis politiques mais également des indépendants. Ces derniers ont omis de prendre en considération les conditions juridiques requises pour se présenter à ces élections.

Il faut souligner que pendant dix jours, l’administration a étudié 1.088 listes donnant lieu à un certain nombre de réserves, qui ont été notifiées aux partis et aux candidats indépendants pour qu’ils régularisent leur situation vis-à-vis de la loi.
Les commissions de wilaya en charge de cette mission ont relevé, dans la plupart des cas, l’absence de carte d’électeur chez les citoyens qui ont parrainé des listes et que l’âge légal n’a pas été respectée par les candidats. L’administration a également émis des réserves sur les dossiers de candidats ayant été condamnés par la justice. À noter que les candidats à la députation sont habilités à introduire des recours devant la justice si leur candidature est rejetée par l’administration qui doivent se faire au cours des trois jours suivant la notification qui leur a été adressée par cette dernière. Le ministère de l’Intérieur a fait savoir que les listes définitives des candidats en lice aux législatives du 4 mai prochain seront connues le 26 mars. Dans ce sillage, et pour illustrer cette opération, l’on apprendra par exemple, que les listes du MSP qui ont été refusées par l’administration concernent les wilayas de Jijel, Saida et Boumerdès. C’est du moins ce qu’a estimé le responsable au parti MSP, Nacer Hamdadouch, qui a précisé que l’administration a émis des réserves sur certains candidats inscrits dans une wilaya autre que celle ou ils se sont présentés.  Concernant les accusations et rapports qu’il a qualifié d’ « erronés », le responsable a précisé que ces derniers ont été tranchés par les tribunaux administratifs. De son côté le porte-parole de l’Union pour la renaissance, la justice et le développement, Lakhdar Benkhallaf, a fait savoir que dans la wilaya d’El Bayadh, des réserves ont été émises par l’administration sur deux candidats de l’Union, ainsi que le candidat tête de liste de la wilaya de Souk-Ahras, deux candidats à El Oued, et deux autres à El Tarf. Il a ajouté que, dans la wilaya d’El Bayadh, le tribunal administratif a tranché en faveur de l’administration. Pour sa part, le mouvement  El Islah a précisé qu’une seule liste a été rejetée par l’administration. Il s’agit de la liste de la région Nord de France. « Aussi, des dossiers de candidats du mouvement ont été rejetés dans quatre wilayas », a-t-on ajouté précisant que ce problème a été réglé en remplaçant les candidats rejetés par de nouvelles candidatures.
Par ailleurs, la liste du parti Ahd 54, dans la wilaya d’Alger a été rejetée pour des signatures  collectées, au nombre de 9250, non conformes d’un point de vue juridique.
La liste du Mouvement populaire algérien de la wilaya d’Alger n’a également pas été validée pour entrave à l’article 92 du code électoral qui stipule que les candidats doivent se présenter dans les listes de candidature de leur conscription électorale. Or il a été relevé que 4 candidats de la liste d’Alger n’ont jamais accompli leur devoir du vote dans cette wilaya.
Il faut préciser enfin que l’étape des recours administratifs s’étalera du 16 au 19 mars. Au cas où la commission administrative ne tranche pas, ce sera le passage à l’autre étape qui est le recours judiciaire, prévue du 20 au 26 mars. Une fois que la justice aura délibéré, le verdict ne pourra être remis en cause et, le 26 mars, l’annonce officielle des listes définitives des candidats au scrutin législatif.
Il faut rappeler dans le même ordre d’idées que, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, le nombre global des candidats aux prochaines législatives est de 12.591 portés sur
1.088 listes dont 797 listes appartenant à 63 partis politiques et 163 listes d'indépendants et 128 autres issues des alliances. Les candidats masculins sont au nombre de 8 646, soit un taux de 68,67% du total des candidats contre 3 945 candidates  (31,33%). 1 158 candidats sont âgés de moins de 30 ans et 4 237 entre 31 et 40 ans.
Le nombre de candidats âgés de 60 ans et plus s'élèvent à 795 candidats, soit un taux de 20,28%.
Salima Ettouahria
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions