dimanche 26 mars 2017 15:50:52
D.R

 

Page animée par Farouk Zoghbi

La visite effectuée récemment sur les champs captants de Kherzet-Youcef et Chaâba El-Hamra a permis au wali, accompagné du président de l’APW, de prendre les décisions qui s’imposaient pour booster les différents projets d’alimentation en eau potable et fixer des échéances qui permettront, dès le début de l’été, aux habitants de la région sud  de cette wilaya, de recevoir l’eau et, pour certaines, améliorer leur plage horaire suite aux  différents travaux de renforcement.

Le wali s’est rendu d’abord sur le champ captant de Kherzet-Youcef, au débit de 220 litres/seconde à partir de 11 forages destinés à alimenter les populations de Maafar, Rasfa, Salah- Bey et Aïn Lahdjar.
Aussi passera-t-il au crible chaque élément de ces 2 transferts qui mobiliseront un débit global de plus de 400 litres/seconde, et se rendra d’abord sur ce mégaprojet de Kherzet-Youcef à l’effet d’activer les travaux de 11 forages et alimenter les populations à partir du mois de mai.
À quelques kilomètres de là, sur le champ captant de Chaâba ElHamra, doté de 15 forages pour un débit global de 210 litres/seconde pour l’alimentation des zones montagneuses de Boutaleb et d’El-Hamma, après avoir desservi la ville d’Aïn Azel, Nacer Maskri mettra l’accent sur la pérennité de la ressourcé et des équipements. Il consacrera le même intérêt à un autre projet non moins important relatif au renforcement du réseau d’AEP de la localité de Zraïa et des agglomérations secondaires environnantes dans la commune de Beida Bordj. Un projet qui sera également livré au début de la saison estivale.
Dans la commune d’Aïn Oulmène, le projet avancé du renforcement de la ville à partir du forage de Cherchoura permettra de toucher 73.000 habitants et  quelque 10.000 autres habitants des agglomérations secondaires. Ce projet financé sur les programmes communaux de développement avec un deuxième forage à El-Kerma se veut être également un acquis important pour la région sud de cette wilaya, notamment Aïn Oulmène qui bénéficie des apports d’un autre projet alimenté à partir du forage de Sekrine.
Dans la commune de Guellel, il inspectera le projet avancé de renforcement en direction du centre d’El-Maâdher, qui compte 6.000 habitants. 

------------------///////////////////////

Nacer Maskri :
Respecter les échéances

«La région sud de la wilaya souffre d’un manque d’eau, et c’est pour combler ces déficits qu’une série de forages est en cours de réalisation. Tout cela va nous permettre de récupérer une quantité assez importante, sachant que pour le champ captant de Kherzet-Youcef, nous allons avoir un peu plus de 200 litres/seconde, alors que pour le champ captant de Chaâba El-Hamra, nous arriverons pratiquement à la même dotation, si ce n’est plus, et disposer ainsi d’apports non négligeables.
Actuellement, nous travaillons sur les réseaux qui sont très bien avancés, et s’ il y a des opérations en retard, ce qui est sûr, c’est qu’il y a toujours des palliatifs qui peuvent nous permettre de donner de l’eau aux citoyens. Notre objectif est de booster ces opérations, faire activer les réalisations et être dans les échéances fixées pour donner l’eau aux citoyens des régions d’Aïn Azel et d’Aïn Oulmène, dès le début de l’été.»

------------------///////////////////////

Grands projets de l’eau
La soif de réussir

Les projets vont dans le sens de l’amélioration et de la sécurisation de la dotation, sachant que le projet structurant des grands transferts, au-delà du volet inhérent à l’hydroagricole, avec l’irrigation de plus de 36.000 hectares, consacrera aussi une part importante à l’alimentation en eau potable.  
«Le grand projet du siècle», comme on se plaît à le qualifier ici, permettra de transférer chaque année à partir des barrages d’ Erraguene, dans la wilaya de Jijel, et Ighil Emda, dans celle de Béjaïa, un volume de 313 millions de m3, avec des apports en eau potable pour 1.500.000 habitants dans 28 communes. Une stratégie qui ne s’arrête pas là, sachant que 6 autres communes, Aïn Legradj, Beni Chebana, Beni Mohli, Beni Ourtilène, Harbil et Guenzet, implantées dans la zone montagneuse du nord de la wilaya, seront raccordées au barrage de Tichy-Haf.  Parmi les autres grands projets, figure aussi celui de la rénovation de la chaîne d’adduction du couloir Oued El-Bered ,Tizin Bechar, Amouchas, Ouricia et Sétif, à partir de la source d’Oued El- Bered. Un système qui ne mobilisait pas plus de 260 litres/seconde au vu de sa vétusté avancée et des fuites de 50% au moins  constatées sur ce captage. Ce grand projet mis en service récemment permet, aujourd’hui, la mobilisation de 450 litres/seconde, soit un gain de plus de 16.500 m3/jour. Par ailleurs, le renforcement de l’alimentation de la zone sud de la wilaya à partir des champs captant de Kherzet-Youcef et Chaâba El-Hamra, mobilisant un débit de plus de 400 litres/seconde pour approvisionner les communes d’Aïn Azel, Aïn Lahdjar, Bir Hadada, Beida Bordj, Hamma, Boutaleb, Rasfa et Salah-Bey, de même que les agglomérations secondaires se trouvant sur cet itinéraire, s’inscrit dans cette même optique. Par ailleurs, la réalisation tant attendue du projet d’«El-Ma Labiedh», au cœur des zones montagneuses de Babor et Serdj El-Ghoul, mis en service récemment avec des apports de 3.400 m3/jour, s’inscrit de plain-pied dans la dynamique engagée dans cette wilaya. Ainsi, avec Bougaâ et Beni Oussine, qui seront alimentées à partir du barrage d’Aïn Zada, de nombreuses autres communes le seront à partir de ces différents systèmes de production, dans une wilaya qui compte aujourd’hui 218 forages mobilisant un débit de 97.632 m3/jour et 69 puits pour une capacité de 29.000 m3. De grands projets auxquels viendra s’ajouter le chantier avancé de réhabilitation du système AEP de la ville de Sétif.

------------------///////////////////////

Hamam Guergour
Ca coule de source

Le premier responsable de la wilaya, accompagné du président de l’APW, s’est rendu au complexe thermal de Hamam Guergour, et s’est enquis de visu de toutes ces potentialités et des efforts consentis pour la rénovation et  réhabilitation des structures de ce complexe fonctionnel, dont l’inauguration remonte à 1987. Le wali, qui sera reçu par le directeur général de l’Entreprise de gestion touristique de l’Est, Saïd Boudraâ, recevra à cet effet toutes les explications relatives à ce complexe édifié au pied du djebel Tafet, dont les travaux ont débuté au milieu des années 1970, au titre d’un programme de développement du tourisme thermal. Sur ce site rocheux accidenté, seront réalisés, au terme de plus d’une décennie de travaux, un hôtel de 96 chambres, 38 bungalows, 4 villas, des restaurants, une salle de cinéma, une cafétéria de 120 places, un bloc thermal, des boutiques et plusieurs autres commodités.
Sur les lieux, le wali sera alors informé de la nature des travaux de réhabilitation et de modernisation engagés sur ce complexe, et dont le gros porte, entre autres sur la rénovation des 38 bungalows et des 4 villas, avec des capacités actuelles de 356 lits et projetée pour atteindre les 444 lits.
Le volet important relatif aux soins n’est pas sans occuper une place importante dans cette dynamique de réhabilitation, sachant que la capacité actuelle de 300 soins/jour évoluera à 900 soins projetés quotidiennement, est-il souligné au cours de cette visite.
Une dynamique qui ne sera pas sans se traduire également par de nouvelles créations, entre autres l’extension sur 40 autres chambres de l’hôtel, la mise en place d’un hammam traditionnel, un espace dénommé «Akham», où les adeptes du tourisme de cure pourront trouver toutes les commodités de la maison traditionnelle, 4 villas de luxe, des vestiaires de sport, une aire de jeu pour enfants, un terrain de sport, un parcours de santé, le tout tendant à faire de Hammam Guergour une ville thermale. Un projet qui si il est validé, inclurait au titre d’un partenariat «gagnant-gagnant» avec la commune, le bain traditionnel.
Cette visite ne sera pas sans constituer une opportunité pour les responsables de cette entreprise qui exposeront au wali certaines préoccupations pouvant impacter la réalisation d’un tel projet.
Le premier responsable de cette wilaya appellera à son tour ces mêmes responsables à tout faire pour la préservation de la ressource et à œuvrer sans cesse dans le sens d’une prestation de qualité. Pour le reste, dit Nacer Maskri, «nous attendons vos propositions».

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions