dimanche 18 novembre 2018 07:50:18

Ahmed Rezzak, metteur en scène, à El Moudjahid : « Cela nous déçoit que le spectacle ne se déplace pas dans les Théâtres régionaux »

Rencontré, mercredi soir, juste après la fin du spectacle dans les coulisses du prestigieux théâtre d’Alger, le TNA, le grand dramaturge et metteur en scène Ahmed Rezzak s’est montré très disponible pour répondre à nos questions.

PUBLIE LE : 25-02-2017 | 0:00
D.R

Rencontré, mercredi soir, juste après la fin du spectacle dans les coulisses du prestigieux théâtre d’Alger, le TNA, le grand dramaturge et metteur en scène Ahmed Rezzak s’est montré très disponible pour répondre à nos questions.
Nous avons ressenti une petite morale dans votre spectacle ; quel est le message que vous voulez nous transmettre ?
Toute la morale est dans l’amour. A un moment donné il y a un délaissement vis-à-vis des relations humaines, un affaissement des principes pour les présenter autant qu’être humain c’est un peut difficile et de faire passer le message, donc j’ai préféré que ça soit des allumettes qui sont symbole de feu qui transmettent un message d’amour et c’est la meilleure manière. Les Algériens ont toujours un obstacle pour déclarer leur amour même au sein d’une famille.
Justement comment l’idée vous est venue de choisir des allumettes comme personnages ?
Pour la symbolique l'allumette est la source de la vie, malheur et bonheur, guerre et lumière. C’est une arme à double tranchant. C’est un accessoire qui peut servir la guerre comme l’amour. Thomas Edison a utilisé l'allumette pour allumer une bougie, et du coup découvrir la lampe. Refuser l'amour, c'est anéantir cette source vitale qui est le feu et c'est ce qui se passe dans notre société aujourd'hui. C’est pour cette raison que j’ai préféré qu’il y ait une histoire d’amour entre allumettes.
Nous avons remarqué que vous étiez très sélectif dans votre choix des comédiens… quel est la raison ?
J'ai fait appel à des têtes d'affiche tel que Hamid Achouri, Mustapha Laribi, Samira Sahraoui, Yacine Zaidi, Abdellah Djellab parce que le public a envie de voir ses comédiens fétiches sur scène et à travers ce travail, je cherche à convier le public à  se réapproprier son théâtre.
Avez-vous d’autres projets en perspective ?
Sincèrement avec ce qui se passe avec l’austérité, je ne sais pas s’il y aura d’autres projets ; mais nous allons essayer de monter des petits spectacles du genre des "one man show" ou des spectacles de cinq personnages. Je souhaiterai qu’on puisse prendre en charge les 5.000 artistes, recensés par le ministère de la culture, on peut également prendre en charge des spectacles à grande distribution.
Justement votre spectacle a eu un succès inimaginable, le public des autres wilayas attend son arrivée avec impatience, vous n’envisagez pas de faire une tournée à travers le territoire national ?
Justement il y a des familles et des personnes qui se sont déplacés de Saïda, d’Ain Temouchent, de Constantine et même de Tamanrasset à Alger pour voir Torchaka. Cela nous flatte et nous rend heureux mais ça nous déçoit que ce ne soit pas le spectacle qui se déplace vers son public dans les théâtres régionaux.  Nous ne savons pas si le contrat va être renouveler… il se pourrait que la pièce soit arrêtée à défaut de moyens. Nous sommes… je dirais harcelés pour que le spectacle arrivent dans d’autres villes au point où les gens se déplacent à Alger.  Cela dépend de la volonté des comédiens s’ils acceptent de se déplacer avec leurs propres moyens et donner des spectacles gratuitement.
Propos accueillis par : S. O.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions