jeudi 20 juillet 2017 21:30:41

Eaux non facturées, SEAAL : Source d’inquiétude

La Société des eaux et de l’assainissement d’Alger, SEAAL, a pris part à la 13e édition du Salon international des équipements, des technologies et des services de l’eau, dont la manifestation devrait s’achever aujourd’hui, au palais des Expositions, Safex.

PUBLIE LE : 16-02-2017 | 0:00
D.R

La Société des eaux et de l’assainissement d’Alger, SEAAL, a pris part à la 13e édition du Salon international des équipements, des technologies et des services de l’eau, dont la manifestation devrait s’achever aujourd’hui, au palais des Expositions, Safex. En effet, cette entreprise a participé à la rencontre, avec un programme multidimensionnel qui combine des présentations thématiques et des espaces spécifiques sur des projets à forte valeur ajoutée économique et opérationnelle. Lors d’un point de presse organisé au niveau du stand de la SEAAL, ses responsables ont  présenté le nouveau projet du groupe, qui a été élaboré sur le thème «Eaux non facturées». «C’est un projet stratégique pour l'entreprise, dont l'objectif est de préserver la ressource en eau. Cette politique vise à récupérer, au niveau des wilayas d'Alger et de Tipasa, à l'horizon 2018, pas moins de 64 millions de m3, et cela à travers la mise en place d'une méthodologie structurée en 12 grands axes stratégiques. Des axes qui étudient et mettent au point les voies et moyens de venir à bout de la problématique de la déperdition de la ressource», a affirmé Chafia Abid, directrice de la communication et du développement durable de la Seaal. Pour la responsable de communication, le 1er axe est d'éliminer les pertes physiques visibles et invisibles sur le réseau de distribution, gérer la pression d'eau en adoptant la ressource. Il s’agit d’agir «au juste besoin, pas la peine de projeter dans le réseau plus qu'il n’en faudra», d’éliminer les raccordements anarchiques, du renouvellement du réseau de distribution, de maîtrise des grands transferts et les pertes commerciales, avec la stratégie du macro-comptage.
Pour y parvenir, la «Seaal a déjà mis en place des démarches structurées dans le sens où il y a 12 chefs de projets algériens qui ont présenté leur feuille de route afin d'atteindre les objectifs tracés», a-t-elle expliqué.
Le conférencier a mis en avant la forte expansion urbaine des communes qui, selon lui, met en risque la pérennité de l’alimentation en mode H/24 à Alger, tandis que l’expansion urbaine à Tipasa met en risque la pérennité des améliorations du service. Selon Chafia Abid, le projet en question est fédérateur, impliquant tous les employés de Seaal et ses 9 directions. «On ne pourra pas réussir notre projet sans l'injection de technologies nouvelles dans le travail de la Seaal de tous les jours», a-t-elle souligné. En ce qui concerne les technologies, la Société des eaux a présenté des technologies utilisées dans l'élimination des fuites physiques et la recherche des fuites de gaz à l'hélium qui est un projet-pilote. La Seaal utilise également une technologie qui anticipe l'apparition des fuites physiques avec le système Aquarium Advanced en déploiement à Alger (Outil de suivi de la performance des réseaux d’eau en temps réel), qui remonte l'information de l'apparition des fuites d'eau. Ce projet sera également axé sur la culture de la performance du service public, particulièrement la performance économique.
Par ailleurs, on nous apprend que la participation de la Seaal au Salon a pour but d'identifier de nouveaux partenaires nationaux, pour aider l'entreprise publique dans la réalisation de ce projet innovant. L'après-midi a été consacrée à l’exposition de la problématique de maintenance des installations de la Seaal et la présentation des besoins de cette dernière à ses partenaires. En termes de statistiques, le directeur de l’exploitation à la Seaal, M. Bounouh, a indiqué que 253.000 fuites signalées au niveau du réseau et des branchements sur Alger ont été réparées, et 28.000 autres à Tipasa.
Aussi, 460 km de réseau ont été renouvelés à Alger et 86 km à Tipasa, ainsi que 106.000 branchements effectués à Alger et 13.000 à Tipasa. D’autres chiffres de la Seaal ont été communiqués, tels que les 1.100 km de réseaux protégés, avec la régulation de pression à Alger et Tipasa, en plus de 381.000 compteurs qui ont été changés à Alger et 28.000 à Tipasa, sans compter l’enregistrement de 60.700 clients illicites régularisés au niveau des deux wilayas.
M. Mendaci

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions