vendredi 24 mars 2017 18:53:46

Partenariat algéro-français : Maintenir le cap

M. Abdelmalek Sellal reçoit M .Emmanuel Macron.

PUBLIE LE : 14-02-2017 | 0:00
D.R

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a reçu, hier à Alger, M. Emmanuel Macron, en visite en Algérie,  indique un communiqué des services du Premier ministre. L'entretien «a permis d'évoquer la situation des relations bilatérales sur les plans politique, économique, et les questions liées à la circulation des biens et des personnes», précise la même source.

L’audience, «qui a permis à l'hôte du Premier ministre de faire état de sa vision et de ses attentes quant aux perspectives d'évolution des relations algéro-françaises, qualifiées de part et d'autre de privilégiées, a enfin donné lieu à un échange de vues sur plusieurs questions régionales et internationales d'intérêt commun», ajoute le communiqué. L'entretien s'est déroulé en présence du ministre de l'Industrie et des Mines, M. Abdesselam Bouchouareb.
M. Emmanuel Macron a fait part de sa «volonté de porter une vision d'avenir au partenariat entre l'Algérie et la France». «Ma volonté est de porter une vision ouverte, dynamique et d'avenir (pour) donner plus de densité au partenariat entre l'Algérie et la France», a indiqué M. Macron, dans une déclaration à la presse, au terme de l'audience que lui a accordée le ministre d'État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra. Il a relevé que les relations entre les deux pays se sont améliorées au cours de ces deux dernières années, notamment après 2012, suite à la visite effectuée en Algérie par le président français, François Hollande. Il s'est ainsi «félicité» de l'amélioration des relations bilatérales dans les domaines économique et consulaire, notamment, rappelant que le nombre de visas délivrés par la France aux Algériens a doublé, ces deux dernières années. «Mon souhait est de porter une vision dynamique, volontaire à la hauteur de nos histoires communes, tout en regardant l'avenir autour d'un axe de développement stratégique», a encore indiqué M. Macron, soulignant que les deux pays ont «des perspectives communes». «Je souhaite qu'avec l'Algérie, nous développions une vision commune de notre stratégie au Maghreb», a ajouté M. Macron, soulignant que sa «volonté c'est qu'il y ait dans cette région, importante pour la Méditerranée et l'Afrique, davantage de solidarité, de rapprochement et de structuration pour pouvoir coopérer avec le reste de l'Afrique». Pour le candidat à la présidentielle en France, «l'Algérie demeure un grand pays et une grande diplomatie», rappelant, à ce propos, que le Président Abdelaziz Bouteflika est vice-président de l'Union africaine. Dans ce sens, M. Macron a indiqué que les deux pays ont besoin de «renforcer» leur partenariat sur le plan diplomatique et sécuritaire, car, a-t-il précisé, ils auront à travailler sur deux «grands sujets», à savoir la Libye et le Mali. Il a également émis le souhait de «renforcer les relations consulaires, scientifiques, culturelles et linguistiques entre les deux pays, pour former une élite sur le plan académique». À une question sur la communauté algérienne établie en France, il a estimé que ces Algériens représentent «un pont vivant entre les deux pays», et incarnent «une mémoire commune». Il a fait aussi part de sa volonté de «renforcer et poursuivre la réconciliation des mémoires, entamée ces dernières années». M. Macron a rappelé en outre qu'il était déjà venu en Algérie à plusieurs reprises en tant que ministre pour développer le partenarial économique entre les deux pays, réitérant son souhait «de regarder ensemble l'avenir». Au sujet de sa campagne électorale pour la présidentielle en France, il a indiqué qu'«il était indispensable durant une campagne présidentielle de venir faire une telle visite pour mesurer le poids du passé et avoir un discours volontariste de notre avenir». De son côté, M. Lamamra a indiqué que «M. Macron est venu en ami, mais aussi comme quelqu'un qui a contribué au partenariat d'exception que l'Algérie et la France sont en train de construire». «Ce partenariat d'exception, lancé en 2012 par les Présidents Bouteflika et Hollande, a enregistré des résultats appréciables», a souligné M. Lamamra, précisant qu'il est «prometteur et a de beaux jours devant lui». Au sujet de la communauté algérienne établie en France, le chef de la diplomatie algérienne a tenu à «la saluer et lui dire l'attachement de l'Algérie quant à sa dignité et sa sécurité». Il a également souligné «la détermination de l'Algérie à demeurer plus que jamais à l'écoute des Algériens établis en France», encourageant par ailleurs «la classe politique en France à être à l'écoute de cette communauté».

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions