samedi 27 mai 2017 18:36:12

Cancer de la prostate : Recul du taux de mortalité

1.500 nouveaux cas en 2015

PUBLIE LE : 18-12-2016 | 0:00
D.R

Le cancer de la prostate occupe la  43e place dans la liste des 50 principales causes de décès en Algérie, avec des cas enregistrés représentant plus de 574 décès par an. Pourtant le taux de survie de cette maladie est élevé si le diagnostic est fait de manière précoce. L'association Nour Doha d'aide aux cancéreux a organisé, vendredi dernier, en collaboration avec l'association sportive des médecins du grand Alger, ASMGA, l'association des urologues prives, AAUP et le laboratoire Ipsen, une course de sensibilisation contre le cancer de la prostate au Parc Zoologique de Ben Aknoun.  A cette occasion, plus de 600 personnes ont participé à cette manifestation sportive qui était ouverte au grand public. En marge de cette course, le directeur général des laboratoires Ipsen, M. Soudani a déclaré que «plus de 1.500 nouveaux cas de cancer de la prostate ont été diagnostiqués en Algérie en 2015.»
Estimant que «la maladie progresse en Algérie», il a souligné la nécessité du dépistage précoce de ce type de cancer, le plus fréquent chez les hommes de plus de 50 ans. M. Soudani a expliqué que «le cancer de la prostate fait partie des cinq types de cancer les plus répandus dans le monde et les facteurs de risque de cette pathologie sont le tabagisme, la consommation d'alcool et une mauvaise hygiène alimentaire.» Il a dans ce sens, mis en avant la pratique du sport et le régime alimentaire sain et diversifié qui sont de nature à renforcer la prévention contre la maladie. De son coté, la présidente de l'association Nour Doha, Samia, gasmi a indiqué que «la course contre le cancer de la prostate qui s'est déroulée sur une distance de 4 km en était à sa 2e édition. Plus de 600 personnes toutes tranches d'âge confondues, à savoir, entre 6 et 78 ans y ont pris part.» Mme Gasmi a expliqué que «le but cette initiative est de sensibiliser à la nécessité du dépistage du cancer de la prostate et d'ancrer une culture de prévention à travers la pratique du sport.» Selon elle, le cancer de la prostate est le second type de cancer mortel pour les hommes de plus de 50 ans après celui du poumon. «Les campagnes de sensibilisation organisées dans le Sud du pays ont permis de diagnostiquer de nombreux cas et à un stade très avancé du cancer de la prostate et du sein que les patients n'avaient pas conscience en l'absence du dépistage,» a-t-elle déploré. L’association organisera dimanche une campagne de sensibilisation à In Salah, dans la wilaya de Tamanrasset pour le dépistage de différents types de cancer.  Les urologues ont toujours mis l'accent sur la nécessité de procéder au dépistage précoce du cancer de la prostate. A cet égard, le président de l'Association algérienne d'urologie, AAU, Abdelkader Belaidi a souligné, en marge du cinquième congrès de la Fédération des associations et sociétés d'urologie de la langue française, FASULSF, l'importance du dépistage précoce du cancer de la prostate, à partir de l’âge de 45 ans, en procédant à des examens médicaux chez le généraliste ou l'urologue. Il a regretté l'absence de statistiques exactes sur le taux de propagation du cancer de la prostate en Algérie, estimant que «ce taux est proche de la moyenne mondiale, en raison du lien entre cette maladie et le facteur vieillesse, estimant nécessaire de se débarrasser des tabous qui entravent le dépistage, pour éviter le développement du cancer.» Selon le président de l'AAU, le dépistage du cancer de la prostate au premier stade n'est pas coûteux et permet de traiter le malade qui se rétablit rapidement.
Il a annoncé le lancement d'une étude nationale, en coordination avec une instance spécialisée, en procédant aux tests cliniques sur le cancer de la prostate et de la vessie, en vue de s'informer sur la propagation de cette maladie et sortir avec des conclusions à même d'améliorer la prise en charge de ce type de cancer.
Le professeur Vincent Delmas, urologue français, a indiqué que «le cancer de la prostate représentait la moitié des examens des urologues à travers le monde, car étant lié au facteur vieillesse, précisant que le dépistage précoce systématique effectué dans son pays a contribué de façon considérable au recul du taux de mortalité causée par cette maladie.» Il a appelé toutes les personnes qui se réveillent plusieurs fois la nuit pour aller uriner ou qui rencontrent des difficultés à uriner, à aller consulter le médecin pour procéder à un dépistage.
Les spécialistes en urologie ont évoqué, lors de cette rencontre scientifique, la question de l'infertilité du couple, qui est «un véritable problème sanitaire et sociale», soulignant la propagation de cette maladie ces dernières années, en raison de facteurs génétiques dont les malformations des testicules, les maladies sexuellement transmissibles, MST et les perturbateurs endocriniens.
Le cancer de la prostate vient en 4e position des cancers qui touchent les hommes en Algérie avec une moyenne de 8,2 sur 100.000 âmes et une moyenne d’âge de 70 ans, selon les données du registre national du cancer en 2015.
Wassila Benhamed

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions