jeudi 30 mars 2017 01:41:53

Accident vasculaire cérébral : Chaque minute compte

Le Centre hospitalo-universitaire (CHU) Frantz-Fanon de Blida a abrité, hier, l’ouverture des travaux relatifs à la mise au point d’un Plan national pour la prise en charge des Accidents vasculaires cérébraux (AVC), a indiqué le directeur général des services de santé auprès du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

PUBLIE LE : 30-10-2016 | 0:00
D.R

 Le Centre hospitalo-universitaire (CHU) Frantz-Fanon de Blida a abrité, hier, l’ouverture des travaux relatifs à la mise au point d’un Plan national pour la prise en charge des Accidents vasculaires cérébraux (AVC), a indiqué le directeur général  des services de santé auprès du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. "Il est temps pour nous de mettre au point un plan national AVC", a estimé le Pr. Lhadj Mohamed, en marge d’une journée d’étude sur l’accident  cérébral, organisée à l’occasion de la journée mondiale des AVC, avec la participation de neurologues et cardiologues de nombreuses wilayas. La Journée, marquée par la tenue de plusieurs ateliers de travail, sera  suivie par de nombreuses rencontres similaires, au ministère, jusqu'à  l’élaboration complète de ce plan national AVC, dans "un peu plus d’une  année", a-t-il informé. Selon l’interlocuteur, ce plan d’action prévoit, en premier lieu, d’assurer une "formation adéquate" à tout le staff médical de l’unité de prise en charge AVC (neurologues, cardiologues, infirmiers, généralistes et agents d’accueil) "car chaque minute compte dans le sauvetage d’un malade atteint de l’AVC", a-t-il insisté. L’Algérie compte, chaque année, 50.000 nouveaux cas d’atteinte par l’AVC, a indiqué pour  sa part Dr. Mohamed Arezki, chef du service de neurologie au CHU Frantz-Fanon, signalant l’accueil de 120 cas d’Avc/an, au niveau de cette  unité de Blida, depuis sa création en 2008. L’AVC est la première cause de paralysie en Algérie, tout  en étant la troisième cause des cas de décès, après la crise cardiaque et le cancer, a-t-il ajouté. Il a, à ce propos, plaidé pour le renforcement de tous les hôpitaux par des unités de prise en charge de l’AVC, car le pays compte seulement six unités du genre à Blida, Oran, Sétif, Constantine, Tizi-Ouzou, et Alger.   
S’expliquant sur les symptômes de cette maladie grave, ce spécialiste  à lancé un appel à toute personne victime de "façon subite" d’une perte de  l’usage de la parole, ou de l’un de ses membres, ou d’une perte de la vue, de "se présenter dans l’urgence au niveau d’un service spécialisé, soit pas plus de trois heures, car au-delà, ses chances de guérison sont compromises",  a-t-il assuré. Par la suite le Dr Reguig Rafika de l’hôpital de Médéa a longuement abordé les types d’AVC existants et leurs causes, dont le manque d’exercice sportif, une mauvaise hygiène de vie, le tabagisme et la consommation d’alcool. Les personnes diabétiques et cardiaques sont les catégories les plus exposées à être atteintes par cette maladie, a-t-elle souligné. Les participants à cette journée, issus d’Alger, Blida, Tlemcen, Annaba, Constantine, Oran, Sétif, Tizi-Ouzou, Chlef ont exposé les expériences de leur wilaya en matière de prise en charge de l’Avc.  Selon une étude réalisée, en 2015, par le service de neurologie de l’hôpital Frantz-Fanon, un taux de 30% de malades accueillis au niveau de cette unité ont été victimes d’un AVC, a révélé, à l’occasion un médecin de ce service, la neurologue Naouel Boutarine. (APS)           

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions