samedi 20 juillet 2019 19:57:17

Ressources en eau : Un plan d’action pour l’irrigation

Réhabilitation des réseaux d'assainissement

PUBLIE LE : 10-10-2016 | 0:00
D.R

«  Il est urgent d’avoir un schéma des stations d’assainissement qui peuvent fournir de l’eau pour l’agriculture »,  c’est ce qu’a déclaré en substance, le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, M. Abdelkader Ouali.   

Selon le ministre qui intervenait, hier, à la journée technique de vulgarisation du guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d’assainissement, organisée  par l’association des fabricants des tubes plastiques à l’hôtel Hilton, « ce schéma servira d’appui à la réalisation d’un plan d’action pour l’irrigation d’une centaine d’hectares agricoles,  soit  des eaux de barrages, des puits, des eaux usées… ». Abdelkader Ouali, a indiqué que les capacités d’irrigation des stations d’assainissements peuvent atteindre les 100 hectares, sachant qu’il est possible d’arriver à une capacité de 800 millions de mètres cubes par an. D’ailleurs, « une réunion sera organisée avec le secteur de l’agriculture pour coopérer à la réussite de ce plan », a-t-il souligné.

Amélioration de la gestion du service public

Partant de là, le ministre a appelé à l'amélioration et à la modernisation de la gestion du service public de l'eau qui doit être au diapason des importants investissements réalisés dans ce secteur.
Il a dans ce sillage exhorté, les responsables locaux de l'Algérienne des Eaux (ADE) à améliorer ce  service  en les interpellant sur la mauvaise gestion de la distribution de cette ressource et le recouvrement des créances. « Nous sommes devant une situation très négative », a-t-il déclaré  lors d'une rencontre avec les directeurs de zones et d'unités de l'ADE, après avoir évoqué des points négatifs constatés sur le terrain.
Parmi ces points « noirs et cruciaux », il a cité les lenteurs dans la résolution des problèmes liés à la distribution notamment les fuites d'eau dans les réseaux d'alimentation ainsi que le manque de contrôle essentiellement au niveau des branchements illicites.
Abdelkader Ouali a  également souligné que la réhabilitation et le renforcement du service de l'eau est une question fondamentale et les structures créées pour gérer cette ressource, dont l'ADE, doivent être performantes et dotées d'une bonne gouvernance. « Si ces  problèmes ne sont pas pris en compte à temps, cela va provoquer une mauvaise appréciation de la gestion  de notre secteur. Il est hors de question que cette situation continue », a-t-il dit.
Il  a estimé que ces insuffisances ne correspondaient pas aux efforts consentis par l'Etat durant les 15 dernières années pour mobiliser la ressource hydrique.
Il faut dire qu’après avoir vécu un stress  hydrique critique durant la fin des années1990, l'Algérie a décidé à partir de l’année 2000, de mettre le paquet pour construire des infrastructures en vue de mobiliser le maximum de ressources.
Une enveloppe de 50 milliards de dollars a été consacrée au secteur  avec la mise en service de 31 barrages, alors que 9 sont toujours en cours de réalisation.
Ces investissements ont aussi porté sur la réalisation de 250.000 réservoirs et la mise en place de 130.000 kilomètres de réseau ainsi qu'une centaine de stations de traitement et de pompage et 13 stations de dessalement de l'eau de mer.
« Il faut que l'impact de ces efforts soit visible au robinet », a-t-il dit, en insistant sur la problématique des fuites d'eau à laquelle l'ADE devrait désormais réserver plus de moyens « quitte à puiser dans le budget consacré à la réalisation des sièges administratifs ».
M. Ouali a entre autres, insisté sur l'entretien des ouvrages hydrauliques ainsi que sur la gestion de proximité du réseau de distribution et d'assainissement. « Il y a nécessité d'entretenir les réalisations et les ouvrages à travers la surveillance des réseaux et la gestion de proximité », a-t-il insisté en mettant en exergue le rôle et la responsabilité des responsables locaux dans le contrôle de ce service public, même si cette mission est déléguée à d'autres organes (ADE, SEAAL, régie communale...).
Dans ce cadre, le ministre a fait savoir qu'une nouvelle organisation de la gestion de ce service avait été mise en place par son département  pour une application immédiate dans toutes les directions des ressources en eau des wilayas.
Kafia Ait Allouache

------------////////////////////

Réhabilitation des réseaux d'assainissement

Un nouveau guide pour les projets de pose et de réhabilitation des réseaux d'assainissement, a été confectionné par le ministère dans le but  de réaliser des projets durables et répondant aux standards internationaux. Ce nouveau guide technique contient  81 nouvelles normes internationales qui sont désormais en vigueur en Algérie et applicables dans les projets d'assainissement.
A cet effet, M. Abdelkader Ouali, a fait savoir que « les réalisations en matière de projets d'assainissement doivent être pérennes et répondre aux standards internationaux d'où la nécessité de  ce nouveau document qui est un instrument moderne permettant aux différents acteurs des projets de mieux concevoir, réaliser, réhabiliter et contrôler l'exécution de ces ouvrages », a-t-il souligné, tout en revenant sur les investissements de l'Etat dans le secteur des ressources en eau  qui ont dépassé les 20 milliards de dollars (USD), dont 2,5 milliards USD pour les projets d'assainissement. « Les ouvrages des réseaux d'assainissement devraient également être économiquement rentables », a-t-il insisté.   
Le guide  réunit l'ensemble des règles pratiques et des références réglementaires qui permettent aux différents acteurs de projets de réseaux d'assainissement  de mieux maîtriser leur ouvrage de la phase étude jusqu'à la fin de la réalisation.  
Selon les explications du directeur de l’assainissement au ministère des Ressources en eau et de l’Environnement, M. Benlechheb Ouahid, le guide est un moyen de faciliter l'accès à toutes les informations et les détails nécessaires pour chaque phase d'un projet afin de favoriser une démarche de qualité pour la mise en service et la conservation  d'un patrimoine d'assainissement durable et performant.
Il  est destiné à aider le maître d'ouvrage dans l'établissement du projet et la rédaction de son cahier des charges techniques. Il aide également l'entreprise de réalisation dans le choix des matériaux et procédés, de même que le maître d'œuvre, le bureau d'études et l'organisme de contrôle dans l'accomplissement de leurs missions.  
Elaboré par une équipe de cadres algériens, ce document technique est  scindé en deux parties : la première est consacrée à la pose du réseau neuf,  tandis que la deuxième présente le domaine de la réhabilitation d'un réseau déjà existant.       
K.A.A


 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions